La vie privée du poulpe ©Getty - A. Martin UW Photography
La vie privée du poulpe ©Getty - A. Martin UW Photography
La vie privée du poulpe ©Getty - A. Martin UW Photography
Publicité
Résumé

"Que fait la pieuvre de ses journées ?" C’est une des questions que s’est posé l’éthologue Ludovic Dickel, spécialiste internationalement reconnu des céphalopodes. Après avoir travaillé sur la mémoire des seiches, il étudie désormais les secrets du poulpe.

En savoir plus

Passionné par les pieuvres depuis l'enfance, Ludovic Dickel raconte ces créatures fascinantes dans un récit vivant, riche en anecdotes et nourri des dernières découvertes scientifiques. Tout en se demandant si "Psychologue pour mollusque, ça existe ?" il fait le point sur les études cognitives menées chez les céphalopodes. Les matières fossiles des premiers poulpes datent d'il y a 200 millions d'années donc c'est un animal qui a eu le temps de développer beaucoup de choses. Le poulpe compte 200 espèces, qui vivent à toutes les profondeurs de la surface. Il y en a partout. Dans son laboratoire, le scientifique travaille en particulier sur la sensibilité de ces animaux et coordonne le projet ANR Ethics pour évaluer les réponses émotionnelles de la seiche en lien avec ses changements de couleur.

Un animal rempli de mystères !

C'est un animal qui a suscité pendant longtemps un mélange de peur et de répugnance avant d'accéder aux titre très envié de "Seigneur des profondeurs", un monstre sans forme qui est pourtant devenu un sujet d'intérêt majeur pour les chercheurs en éthologie. Les scientifiques se passionnent pour les comportements et les émotions de cet animal, qui sont de très bons modèles pour explorer la vie intérieure des animaux marins. Ludovic Dickens lève le voile sur leurs émotions et leurs comportements. Bienvenue dans l'univers du poulpe, cet animal dont la tête retombe directement sur huit bras, telle une main mais avec un cerveau très imposant qui suscite encore plein de mystères et de fantasmes.

Publicité

Une peau high tech multicolore

Ça fait partie des grands mystères que l'éthologie aimerait mieux comprendre. Ce sont, explique Ludovic Dickel "des petits sacs minuscules qui sont dispatchés sur la peau, qui s'étalent ou se rétractent pour permettre à l'animal de changer de couleur et d'arborer différents motifs. Ces petits sacs sont directement commandés par le cerveau. Ce sont les champions du monde du changement de couleur. Elles sont tellement riches et variées qu'on imagine que cette capacité présent plusieurs fonctions :

  • Se camoufler, se protéger
  • Communiquer
  • Effrayer les prédateurs

La musculature de la peau fait que l'animal peut élaborer sur sa peau des petites papilles qui permettent d'imiter non seulement la couleur mais la structure du substrat à proximité duquel il se trouve (roche, sable, corail…)

Le poulpe serait "très intelligent"

C'est animal qui mémorise, qui apprend et qui est capable d'inventer. Le poulpe a des capacités d'adaptation aux modifications de l'environnement qui dépassent probablement celles des espèces qui lui sont concurrentes. C'est un animal qui est très intelligent en ce sens qu'il montre des comportements extraordinairement complexes. En laboratoire, le chercheur raconte que "les équipes de chercheurs arrivent à apprendre aux pulpes une multitude de choses. On arrive à le dresser ; il mémorise pendant très longtemps un apprentissage tactile, pendant plusieurs semaines. Plutôt que de parler "d'intelligence", il vaut mieux parler de "capacités cognitives". On essaie de voir comment il perçoit le monde et puis après, comment il arrive à mémoriser, comment il se représente le monde,.

Un changement de couleur au gré des émotions ressenties

Sur le plan des émotions, les recherches menées par l'éthologue l'ont conduit à conjecturer que les modifications de couleur peuvent révéler l'état émotionnel de l'animal : "On s'est intéressé aux émotions positives. On essaie de les faire rigoler en les confrontant à des bonnes nouvelles, à des proies qu'ils préfèrent ou qu'ils ont plus de mal à capturer. Puis on essaie de fabriquer une échelle émotionnelle. Un poulpe heureux, on le voit aux couleurs et aux différents motifs qu'il arbore, puisqu'il y a certains motifs qui sont spécifiques d'une "émotion qui serait positive". Ce n'est pas si simple mais très prometteur car c'est la seule façon de savoir ce qu'un poulpe pense et ce qu'il ressent".

▶︎ La suite à ne pas manquer…

Références

Programmation musicale

L'équipe

Mathieu Vidard
Mathieu Vidard
Mathieu Vidard
Production