Comment penser de nouvelles organisations sociales ? Couverture de "Ethnographies des mondes à venir" de Philippe Descola et Alessandro Pignocchi, 2022
Comment penser de nouvelles organisations sociales ? Couverture de "Ethnographies des mondes à venir" de Philippe Descola et Alessandro Pignocchi, 2022 - Éditions du Seuil
Comment penser de nouvelles organisations sociales ? Couverture de "Ethnographies des mondes à venir" de Philippe Descola et Alessandro Pignocchi, 2022 - Éditions du Seuil
Comment penser de nouvelles organisations sociales ? Couverture de "Ethnographies des mondes à venir" de Philippe Descola et Alessandro Pignocchi, 2022 - Éditions du Seuil
Publicité

Au cours d’une conversation très libre, Alessandro Pignocchi, auteur de BD écologiste, invite Philippe Descola, professeur au Collège de France, à refaire le monde.

Avec

En puisant son inspiration dans les données anthropologiques, les luttes territoriales et les combats autochtones, le livre Ethnographies des mondes à venir (Seuil Ed.) esquisse la perspective d’une société hybride qui verrait s’articuler des structures étatiques et des territoires autonomes dans un foisonnement hétérogène de modes d’organisation sociale, de manières d’habiter et de cohabiter.

De chapitre en chapitre, les concepts de naturalisme, d’évolutionnisme, de symétrisation sont définis et discutés et les ontologies étudiées par Philippe Descola servent de supports pour analyser notre rapport moderne aux non-humains. Alessandro Pignocchi définit cet ouvrage comme le chainon manquant entre le travail de Baptiste Morizot et celui de Frédéric Lordon, conscient de l’importance croissante des sensibilités à l’égard des non-vivants et également d’une nécessaire refondation des organisations sociales et politiques.

Publicité

C’est dans l’ethnographie et l’anthropologie que Alessandro Pignocchi puise les données lui permettant d’avancer que, dans l’histoire de l’humanité, ce sont les structures sociétales de types territoires autonomes qui sont davantage représentées.

Ce serait donc de petites unités, respectant l’expression de diverses manières d’être au monde qui constitueraient des leviers politiques pour répondre aux enjeux écologiques. Ces territoires autonomes rendraient ainsi possible la nécessité d’inclure les non-humains dans de nouveaux modes relationnelles et organisationnelles des sociétés.

Philippe Descola, professeur émérite au Collège de France, médaille d’or du CNRS, est l’auteur notamment de Les Lances du crépuscule (Plon, 1993), Par-delà nature et culture (Gallimard, 2005), La Composition des mondes (Flammarion, 2014) et Les Formes du visible (Seuil, 2021).

Alessandro Pignocchi, ancien chercheur en sciences cognitives et philosophie, s’est lancé dans la bande dessinée avec son blog Puntish. Ses romans graphiques sont inspirés des travaux de Philippe Descola : Anent. Nouvelles des Indiens Jivaros et les trois tomes du Petit traité d'écologie sauvage (Steinkis, 2016 et 2020).

Programmation musicale

L'équipe

Mathieu Vidard
Mathieu Vidard
Mathieu Vidard
Production
Valérie Ayestaray
Réalisation
Chantal Le Montagner
Collaboration
Anna Massardier
Collaboration
Lucie Sarfaty
Collaboration
Thierry Dupin
Collaboration
Camille Crosnier
Journaliste