canopé
canopé ©Getty
canopé ©Getty
canopé ©Getty
Publicité

Si beaucoup de Français se mobilisent pour lutter contre des projets en contradiction totale avec le besoin impérieux de stopper l'artificialisation des sols défini par la loi climat, il reste encore beaucoup à apprendre sur les enjeux climatiques qui menacent les écosystèmes forestiers.

Canicules, incendies monstres, comme cet été en Gironde, sécheresses, réfugiés climatiques, intempéries violentes, chacun a pris la mesure de ces épisodes et du réchauffement climatique annoncés depuis cinquante ans par les scientifiques.

Partout dans le monde, les forêts sont en danger et la déforestation est massive après un été marqué par les sécheresses et les incendies à répétition. Comme le vivant de manière générale, les arbres sont confrontés à un gros changement, exposés avant tout à une intensification de leur exploitation, dramatique, partout dans le monde. Il est impressionnant de voir à quel point les forêts étaient déjà jaunes cet été, un peu partout.

Publicité

France TV proposait une grande soirée en direct, un téléthon pour les forêts, puisque des dons y sont récoltés pour financer des projets de protection des forêts, de plantation de nouveaux arbres en métropole comme en outre mer. Trois ans après l'émission "Pour la Terre", France Télévisions, en partenariat avec France Inter, propose un programme environnemental ambitieux à une heure de grande écoute, en espérant remporter le même succès que les Danois qui, en 2019, avaient récolté plus de 2 millions d'euros à l'occasion d'un show pour la forêt. Une émission présentée par Hugo Clément et Léa Salamé, qui reviennent sur les raisons pour lesquelles il est important de se mobiliser pour la forêt.

Une émission associée avec France Nature Environnement, reconnue d'utilité publique, une fédération qui regroupe plusieurs milliers d'associations en France et des milliers de bénévoles sur le terrain et qui ont plein de projets à défendre pour sauver des arbres. Il est possible d'effectuer des dons directement sur leur site.et

Un Téléthon de l'écologie

Il s'agit d'expliquer et d'apprendre quels enjeux menacent nos arbres, nos forêts, aux côtés de grands spécialistes des forêts, parmi lesquels Francis Hallé, le biologiste Gilles Boeuf, Valérie Masson-Delmotte du GIEC.

C'est pour Hugo Clément "un moyen de mobiliser tous les Français autour de cette grande cause commune qui nous rassemble au-delà des clivages, puisque l'arbre, la forêt, ça nous rassemble, c'est un lieu de vie pour les humains et c'est indispensable à notre survie en terme climatique. Il s'agit d'intéresser les gens et les pousser à comprendre pourquoi il est fondamental de se mobiliser, expliquer pourquoi protéger les forêts, ça coûte aussi de l'argent, et comment mieux protéger les arbres.

Chaque arbre joue son rôle écosystémique. Chaque arbre vaut la peine de se mobiliser pour le préserver et ne plus en faire des variables d'ajustement aux projets d'aménagements du territoire. Et ce qui est désastreux aujourd'hui, c'est que les scientifiques font des recommandations et que, souvent, les pouvoirs publics ne les écoutent pas".

Francis Hallé résume la situation : "Je suis botaniste à Montpellier. J'ai commencé en 1960 à étudier les forêts équatoriales et à l'époque, elles étaient considérées comme inépuisables. On aurait fait rire n'importe qui en disant que l'homme était capable de détruire ça. Ça semblait invincible. Bon. Et puis maintenant, c'est presque fini, la situation est devenue très grave. Ça m'émeut beaucoup de penser que dans la durée de ma vie, j'ai vu disparaître toutes les grandes forêts primaires de la Terre. Alors peut-être qu'il n'est pas trop tard pour qu'il y ait enfin un intérêt collectif pour les forêts équatoriales..."

L'arbre, comme symbole et incarnation de ce combat en faveur du vivant

C'est quelque chose qui parle à tout le monde à tel point que la moindre atteinte aux arbres est aujourd'hui vécue assez violemment par la plupart des gens. Aujourd'hui l'arbre est considéré comme un être vivant à part entière, aussi vulnérable que nous autres humains. Comme le rappelle Bruno Moulia "les arbres ont une mémoire et s'adaptent aussi comme ils peuvent aux évolutions du climat. Là où on avait jusque-là l'image d'un simple élément de paysage et patrimonial, on découvre de plus en plus, à l'aune des découvertes scientifiques, un être vivant capable de sentir son environnement. L'arbre fait désormais partie d'un tout, du vivant".

Notre forêt française en très mauvais état

Les forêts sont exploitées depuis la nuit des temps par les humains. L'homme a toujours exploité les arbres à des fins matérielles et nous en essuyons les conséquences aujourd'hui. C'est aussi ce que ce Téléthon nous enseigne, en plus de nous faire prendre conscience de l'importance qu'il y a à revoir la forêt française à la lumière du changement climatique : reconsidérer les politiques de protection des arbres, comprendre pourquoi notre surface forestière est très loin d'être en bonne santé, ou que détruire des arbres peut être compensé écologiquement par le fait de replanter de nouveaux arbres…

Notre surface forestière est malade

Si la surface a beaucoup augmenté ces dernières décennies, passant de 8,5 millions en 1850 à 16,8 millions aujourd'hui, Laure Subirana estime que c'est un faux argument parce que la qualité, elle, n'est pas du tout bonne. La santé des arbres n'arrête pas de se dégrader puisqu'on "s'est aperçu depuis très peu de temps que la forêt française ne grossissait plus autant. Nos écosystèmes forestiers sont malades. Les écosystèmes sont extrêmement fragilisés du fait du changement climatique et de notre empreinte humaine".

Quand planter de jeunes arbres, ce n'est pas la panacée

C'est bien de planter, mais il ne faut surtout pas couper, ni détruire ceux qui existent, alarme Hugo Clément : "cette course aux nombres n'est pas la bonne approche. C'est bien de planter des arbres, mais ce n'est pas à qui en plantera le plus. C'est : qu'est-ce qu'on plante ? Où est-ce qu'on plante ? Comment on réfléchit à notre rapport aux forêts ? Quelles forêts surtout, on ne coupe pas ? Une forêt qu'on plante, c'est très bien, mais on va attendre des décennies, parfois jusqu'à 80-100 ans, pour avoir un service écosystémique qui sera à la hauteur de ce dont on a besoin. Alors que les vieilles forêts qui existent, qui ont mis des décennies à pousser, la priorité c'est de les laisser tranquilles et de les laisser jouer leur rôle". En effet, elles se reproduisent plus vite et gardent une biodiversité au sol qui est plus grande. Les forêts se sont toujours régénérées naturellement et sans l'humain.

Il ajoute que "planter des jeunes arbres ne compense jamais le fait de couper un arbre centenaire. Un vieux chêne de 100 ans a infiniment plus de feuilles qu'un jeune plant qui va mettre des décennies à grandir. En termes de d'urgence écologique, d'urgence climatique, c'est un non-sens".

🎧  La suite à écouter…

Avec pour en parler

Laure Subirana : ancienne enseignante, elle travaille en milieu associatif sur les questions de forêts depuis plusieurs dizaines d’années. Elle a notamment mené des opérations de rachat de forêts pour y conduire des projets de gestion écologique de ces parcelles. Elle est à l’origine il y a 2 ans de l’association Forêts Alternatives Jura
Elle est actuellement au directoire du Réseau Forêts de FNE et représente FNE au Conseil d’Administration de l’ONF.

Bruno Moulia : Directeur de recherches à l'INRAE, spécialiste de la biomécanique des plantes.
De 2017 à 2022 Il a dirigé le laboratoire PIAF (Physique et physiologie intégrative de l’arbre en environnement fluctuant) à l’Université Clermont-Auvergne/INRAE.

Hugo Clément : Journaliste et présentateur de l’émission « Sur le front » sur France 5, il tient également depuis la rentrée la chronique « en toute subjectivité » chaque mercredi à 7h20 sur France Inter. Il a publié en septembre chez Fayard «  Les lapins ne mangent pas de carottes »

À vos agendas

Manger autrement, mais comment ? Une conférence France Inter interactive et engagée animée par Mathieu Vidard accompagné de Guillaume Meurice. Une soirée unique à vivre au studio 104 de la Maison de la Radio et de la Musique et en direct dans plus de 150 salles de cinéma en France .

Réservations à la Maison de la Radio

Retrouvez la conférence en direct au cinéma dans toute la France dans les salles de cinéma partenaires du réseau CGR .

Liste des salles de cinéma et réservation des places

#ConférenceInter

4 min

Programmation musicale

  • 14h20
    If i die tomorrow
    If i die tomorrow
    Jack White
    If i die tomorrow
    Album If i die tomorrow (2022)
    Label THIRD MAN RECORDS/THE ORCHARD
  • 14h38
    Comme un arbre
    Comme un arbre
    LA GRANDE SOPHIE
    Comme un arbre

    Album La maison bleue (2011)
    Label POLYDOR

L'équipe

Mathieu Vidard
Mathieu Vidard
Mathieu Vidard
Production
Valérie Ayestaray
Réalisation
Chantal Le Montagner
Collaboration
Anna Massardier
Collaboration
Lucie Sarfaty
Collaboration
Thierry Dupin
Collaboration
Camille Crosnier
Journaliste