Dans le secret des toiles d'araignées
Dans le secret des toiles d'araignées ©Getty - the_burtons
Dans le secret des toiles d'araignées ©Getty - the_burtons
Dans le secret des toiles d'araignées ©Getty - the_burtons
Publicité

Les toiles d'araignées fascinent biologistes et physiciens et de nombreuses applications voient le jour notamment grâce au biomimétisme. Les toiles d'araignées regorgent de qualités naturelles. Comment l'araignée s'y prend-elle pour réaliser cette structure d'une incroyable de résistance ?

Le rôle essentiel de l'araignée

Il faut rappeler que c'est d'abord un prédateur assez haut dans la chaîne alimentaire et, surtout, un insecticide naturel incomparable. Elle se nourrit de beaucoup d'insectes et s'auto-régule en se prédatant elle-même.

Comment l'araignée réalise sa toile entre deux branches ?

L'araignée commence par mettre un point de glue qu'elle sécrète sur une branche, pour ensuite se laisser tomber, déroulant son fil de sécurité principal, pour ensuite passer d'un arbre à un autre, remonter et fixer son fil sur une autre branche. Et ainsi de suite, repartir depuis, cette fois, son premier filin. Il est aussi curieux de constater que certaines espèces laissent dévier aléatoirement leurs fils tout en restant accrochées sur un tronc, attendent patiemment que les fils aillent s'accrocher sur un support qu’elles n’auront pas forcément choisi. La direction du fil se fait un peu au hasard. On pourrait penser qu'elles ont la flemme, mais elles font en vérité appel à leur perceptions sensorielles pour sentir vers quel arbre le vent pourrait venir faire accrocher leur toile.

Publicité

Jusqu'à 7 fils différents et des toiles multi usages

Au bout de leur abdomen, Sébastien Neukirch et Christine Rollard nous apprennent que l'araignée dispose de plusieurs filières, et avec chacune l'araignée tisse un fil qui répond à un but particulier. Une araignée a besoin d'un fils différent pour chaque occupation dans la vie. C'est vraiment le seul animal qui produit comme cela plusieurs types de fils et pour différents usages. Les araignées quelle que soit leur taille, selon leur mode de vie, selon qu'elles font des fils ou des pièges, produisent de trois (minimum) à sept types de fils :

"La filière qui est la plus utilisée, c'est celle de sécurité, c'est le fil qui se dévide lorsque l'araignée tombe subitement d'un endroit pour se rattraper.

Un fil spiral, gainé de colle pour capturer la proie sur la toile.

Un autre fil, lui-même composé de deux fils, est utilisé pour produire les cocons. Un premier fil avec lequel l'araignée emmaillote ses proies ; un autre par lequel les mâles placent des spermatozoïdes.

En termes de composition, leur abdomen est composé de sources liquides protéinées fibreuses. Celles-ci sont mélangées avec quelques acides aminés, qui induit ainsi toute une transformation physico chimique qui passe de liquide à un gel et qui, à température ambiante, permet de produire du fil de toile".

Les araignées recyclent leurs propres toiles

C'est d'ailleurs pour cela qu'elles font des toiles géométriques, car quand vraiment la toile est très abîmée par les impacts des proies et le temps, explique Christine Rollard "elles peuvent remanger leur propre toile, réabsorbant ainsi les protéines des fils de soie, et resynthétiser ensuite de nouvelles protéines. Un recyclage naturel qui permet aussi à l'araignée de boire".

Les toiles ne sont pas sales

Vous savez, cette idée reçue qui fait qu'à chaque fois que vous en apercevez une, vous sortez le balais par soucis de propreté. Certes, les toiles prennent beaucoup la poussière, mais l'araignée et sa toile au départ sont très propres. L'enseignante-chercheuse rappelle au passage que "l'araignée est toujours en train de se nettoyer, de faire des toilettes parce qu'elle a des organes sensoriels qui doivent être systématiquement opérationnels".

Avec

Christine Rollard est enseignante-chercheuse depuis plus de 30 ans au Muséum National d’Histoire Naturelle. Elle est aranéologue, elle a fait des araignées sa spécialité (les arachnologues étudient eux les araignées et les scorpions). Auteure de "50 idées fausses sur les araignées" aux éditions Quae, "Fascinantes araignées" (toujours chez Quae), également un guide « à la découverte des araignées » co-écrit avec Alain Canard chez Dunod

Sébastien Neukirch, Directeur de recherches au CNRS, Mécanique et Ingénierie des Solides et des Structures (entre les mathématiques appliquées et la physique). Il travaille à l’institut d’Alembert, sous la tutelle de Sorbonne université et du CNRS. Son projet sur les araignées date de 2015. Il concerne notamment l’élasticité étonnante de la soie de capture des araignées.

Programmation musicale

L'équipe

Mathieu Vidard
Mathieu Vidard
Mathieu Vidard
Production
Valérie Ayestaray
Réalisation
Chantal Le Montagner
Collaboration
Anna Massardier
Collaboration
Lucie Sarfaty
Collaboration
Thierry Dupin
Collaboration
Camille Crosnier
Journaliste