La Terre au carré en direct du festival UTOPIA, 6e grande édition thématique de Lille3000, mai 2022
La Terre au carré en direct du festival UTOPIA, 6e grande édition thématique de Lille3000, mai 2022
La Terre au carré en direct du festival UTOPIA, 6e grande édition thématique de Lille3000, mai 2022 ©Radio France - Anna Massardier
La Terre au carré en direct du festival UTOPIA, 6e grande édition thématique de Lille3000, mai 2022 ©Radio France - Anna Massardier
La Terre au carré en direct du festival UTOPIA, 6e grande édition thématique de Lille3000, mai 2022 ©Radio France - Anna Massardier
Publicité
Résumé

Samedi s'ouvre "Utopia", la sixième édition du festival Lille3000. Au programme : des expositions partout dans Lille sur le thème du lien entre l'humain et le vivant.

En savoir plus

Mathieu Vidard et Camille Crosnier sont à Lille pour rencontrer des artistes venus du monde entier, qui s'interrogent sur la place de l'humain parmi les vivants.

Pendant une heure, la Terre au carré déambule entre sculptures spectaculaires et peintures yanomami.

Publicité

Avec nous jusqu’à 15h

L’anthropologue Bruce Albert est fin connaisseur de la population yanomami brésilienne, qui vit dans la forêt amazonienne. Depuis 1975, d’abord pour les besoins de sa thèse, puis en tant qu’ami et militant, il se rend régulièrement auprès d’eux, et nous parlera de la cosmologie de ce peuple qui place l’humain au milieu du vivant, et non en dehors de la Nature. À Lille3000, il est le commissaire de l’exposition Les Vivants, organisée avec la Fondation Cartier pour l’art contemporain, une exposition qui rassemble des artistes internationaux et notamment amérindiens.

Parmi eux, Sheroanawe Hakihiiwe, Yanomami vénézuélien, qui viendra nous présenter ses œuvres, directement inspirées de la forêt au sein de laquelle il passe le plus clair de son temps. Mathieu Vidard sera au Tripostal, à deux pas de la Gare Flandres, où l’artiste portugais Joana Vasconcelos a installé une gigantesque sculpture de Valkyrie. Plus loin, dans le centre historique de la ville, Ghyslain Bertholon a installé un tronc d’arbre calciné, méditation sur les méga-feux qui ont ravagé les forêts australiennes en 2009 et 2019.

Plus au sud de la ville, direction la Gare Saint-Sauveur

C'est dans cette gare désaffectée reconvertie en lieu culturel que Camille Crosnier nous fait visiter l'exposition Novacène. Ce nom directement emprunté à un ouvrage de James Lovelock fait référence à une époque post-Anthropocène dans laquelle tout est encore possible. Que sera-t-il advenu de l’espèce humaine ? Aura-t-elle réussi à reconstituer son lien avec le Vivant ? Quel rôle jouera la technologie et l’intelligence artificielle dans notre salut ou bien dans notre disparition ? C’est à ces questions que se frottent les artistes qui exposent jusqu’au 2 mai à la Gare Saint-Sauveur.

Parmi les artistes exposés dans cette gare ferroviaire désaffectée : l’ingénieur Fabien Léaustic, qui mélange les ADN de plantes, d’animaux et d’humains pour créer des chimères ; le duo Art Orienté Objet, qui a fait parler de lui en 2011 lorsque Marion Laval-Jeantet s’est fait injecter du sang de cheval pour les besoins d’une performance ; et le duo Lucy+Jorge Orta, qui fabrique avec l’aide d’ingénieurs des mini-stations de potabilisation d’eau. Art contemporain, science et militantisme se rencontrent pour se projeter dans le Novacène.

Derrière cette exposition, Alice Audouin, spécialiste depuis plusieurs années des liens entre art et environnement.

Rendez-vous samedi à Lille pour l’ouverture du festival avec une grande parade dans toute la ville. Toutes les informations sur le site internet d’Utopia !