Le film "Le Chêne et ses habitants" en salle mercredi 23 février.
Le film "Le Chêne et ses habitants" en salle mercredi 23 février. - © 2022 – CAMERA ONE – WINDS – GAUMONT
Le film "Le Chêne et ses habitants" en salle mercredi 23 février. - © 2022 – CAMERA ONE – WINDS – GAUMONT
Le film "Le Chêne et ses habitants" en salle mercredi 23 février. - © 2022 – CAMERA ONE – WINDS – GAUMONT
Publicité

Aujourd'hui dans le Club on s'intéresse au roi des forêts pour la sortie d'un film qui lui est consacré, on se plonge dans le conte scientifique Alice au pays des sciences avec ses deux autrices et on fait un tour en chanson avec la Caravane passe et son hymne aux arbres !

Avec

Les sciences naturelles au pays d'Alice

Saviez-vous que le champignon qui fait grandir et rapetisser pourrait bien être une amanite tue-mouche ? Que le chapelier est fou à cause de la solution de mercure utilisée dans la confection de chapeaux ? Que le lièvre de mars est en pleine période de reproduction ?

Les deux médiatrices scientifiques et éthologues Anne-Cécile Dagaeff et Agatha Liévin-Bazin, grandes fans d'insectes, de bestioles étranges et de pop culture, se sont livrées à une enquête singulière : expliquer scientifiquement les phénomènes extraordinaires qui jalonnent Alice au pays des merveilles. Le résultat, c'est un livre : Alice au pays des sciences, sorti chez Belin, qu'elles viennent nous présenter.

Publicité

Vous saurez tout sur le sourire du chat du Cheshire, l'histoire de la Tortue "fantaisie" et les substances psychotropes absorbées par la chenille.

Extraits de l'entretien

Anne-Cécile Dagaeff et Agatha Liévin-Bazin se sont rencontrées lors d'une animation autour des animaux mal aimés à l'eurêkafé, un café scientifique à Toulouse. Elles ont eu l'idée d'utiliser les grands classiques des films d'animation des studios Disney pour parler de zoologie, de botanique. Elles publient Alice au pays des sciences chez Belin.

Lewis Caroll

Agatha Liévin-Bazin : "Lewis Caroll, Charles Lutwidge Dodgson de son vrai nom publie Alice au pays des merveilles à partir de 1865. Ce mathématicien enseignait à l'université Christ Church d'Oxford. Dès sa jeunesse avec ses frères et sœurs, il faisait des journaux. Passionné de culture, il se rendait souvent au théâtre. D'apparence austère typiquement victorienne, il adorait les jeux de mots…

Devenu adulte, au contact des enfants, et notamment des petites Liddell, les filles du doyen de l'université avec qui il s'était noué d'affection, il pouvait inventer des histoires colorées, complètement débridées."

Alice au pays des merveilles, un vrai conte naturaliste parlant d'écologie ?

Anne-Cécile Dagaeff : "C'est ce que nous avons voulu y voir. Mais très honnêtement Alice au pays des merveilles est un ouvrage de son temps, très imprégné de ses observations et lié à son époque. C'est une histoire qu'il a créée pendant une après-midi pour distraire les enfants qui l'accompagnaient. On a trouvé que c'était un très bon terreau pour parler des animaux. On y trouve des animaux locaux et d'autres qu'il avait pu observer dans les musées, comme le dodo."

Les disparitions d'espèces à l'époque déjà

Agatha Liévin-Bazin : "Le Dodo est souvent pris pour un animal grassouillet, un peu bêta, et maladroit. Or on sait de chose de lui, vu qu'il a disparu un siècle après avoir été décrit par les humains pour la première fois. Il est une sorte de symbole de la disparition des espèces. C'est un animal sympathique qui traversé les années et que l'on trouve dans plein d'œuvres de pop culture aujourd'hui.

A l'époque de Lewis Carroll beaucoup d'espèces ont disparu. L'Empire britannique est en pleine expansion, notamment autour des îles de l'île Maurice. Le dodo a disparu, comme le solitaire, comme des espèces de tortues géantes à la Réunion, à l'île Maurice, à l'île de Rodrigues à côté, qui ont été fauchés à la même période. L'hippotrague, ou le koaga, une sorte de sous-espèce du zèbre qui était très prisé par les Anglais victoriens ont disparu aussi…"

La reine rouge

Anne-Cécile Dagaeff : "On évoque la reine rouge pour parler des coévolutions entre une plante et son pollinisateur, ou le conflit sexuel, quand chaque partenaire essaye de maximiser sa descendance."

Le chat du Cheshire

Anne-Cécile Dagaeff : "Le chat du Cheshire nous donne l'occasion de déconstruire de l'anthropomorphisme. Certains autres animaux non humains peuvent sourire, mais leur sourire n'a pas du tout la même signification que le nôtre. Il est important de rappeler que que, par exemple, chez les chimpanzés, il y a deux types de sourires. Celui qui découvre toutes les dents de l'animal est souvent, un signe de stress très important. C'est vraiment un signal d'apaisement quand il y a un conflit. Et c'est aussi le cas chez les chiens. Plein de gifs circulent sur Internet avec des chiens qui sourient. Or ce n'est pas un signal positif."

Droit comme un arbre

En 2019, Georges Feterman, auteur, éminent professeur de sciences naturelles et président de l'association A.R.B.R.E.S ((Arbres Remarquables: Bilan, Recherche, Études et Sauvegarde), portait devant les députés une proposition de Déclaration sur les Droits des Arbres. Cinq articles fondamentaux pour rappeler en quoi les arbres sont fondamentaux pour nos écosystèmes.

Deux ans plus tard, il se dit que pour faire la promotion de cette initiative, ce qu'il faudrait, c'est une chanson. Ca tombe bien, son neveu, Toma Feterman, est le chanteur du groupe La Caravane Passe. Georges propose donc à Toma d'écrire un hymne aux arbres, populaire et entraînant.

Cela donne Droit comme un arbre, un titre sur lequel La Caravane Passe a invité ses amis de Tryo, engagés eux aussi de longue date dans la lutte écologique.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

La Caravane Passe sera en concert au Trabendo à Paris le 1er juin, mais aussi dans de nombreux festivals à partir du printemps prochain !

Le Chêne, figure centrale du vivant

"Il était une fois l’histoire d’un chêne, vieux de 210 ans, devenu un pilier en son royaume…" Ce film d’aventure familial a été tourné comme un conte naturaliste et rassemble un casting hors du commun : écureuils, balanins, geais, fourmis, mulots…  Tout ce petit monde vibrant, vrombissant et merveilleux scelle sa destinée autour de cet arbre majestueux qui les accueille, les nourrit, les protège de ses racines jusqu’à sa cime.

L’intention première est de montrer aux spectateurs quelque chose qu’ils n’ont jamais vu - Michel Seydoux

Une ode poétique à la vie où la nature est seule à s’exprimer car ce long métrage fait le pari d'une immersion complète au cœur d’un arbre, sans aucun dialogues ni commentaires en voix off.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Avec Michel Seydoux auteur, producteur et co-réalisateur du film et Marc-André Selosse biologiste spécialisé en botanique et mycologie, professeur au MNHN.

Programmation musicale

L'équipe

Mathieu Vidard
Mathieu Vidard
Mathieu Vidard
Production