Notre relation au chien est-il un sujet d’étude philosophique ?
Notre relation au chien est-il un sujet d’étude philosophique ? ©Getty - OR Images
Notre relation au chien est-il un sujet d’étude philosophique ? ©Getty - OR Images
Notre relation au chien est-il un sujet d’étude philosophique ? ©Getty - OR Images
Publicité

Ce vendredi, une petite philosophie canine avec la professeur de Philo Audrey Jougla, un spectacle écolo rigolo avec l'acteur et humoriste Thomas VDB, un petit guide pour tout comprendre (ou presque) sur le climat.

Notre relation au chien est-il un sujet d’étude philosophique ?

« Parce que c’était elle, parce que c’était moi ». Audrey Jougla paraphrase Montaigne évoquant son amitié avec La Boétie pour raconter l’amitié indéfectible qui l'a liée à sa chienne Comédie durant 13 ans de vie commune.  Elle convoque les grands noms de la philosophie et leur théorie pour raconter la vie et   la relation unique avec sa chienne Comédie .  Quels sont les enseignements philosophiques que l’on tire de la vie avec un chien ? Engagement, liberté, devoir, vivre le présent, l'amitié, la fidélité, le sens moral…Vous saurez ainsi si votre chien est kantien ou spinoziste.

Audrey Jougla est professeure de philosophie et auteure de « Montaigne, Kant et mon chien » Ed Delachaux et Niestlé. Elle a aussi fondé l’association Animal Testing qui défend les animaux de laboratoire. Dans son livre, elle convoque les grands noms de la philosophie comme leurs théories, pour raconter cette relation unique entre l'humain et le chien. Elle mène une vraie réflexion sur cet animal de compagnie "doté d'un vrai sens moral qui nous permet, dit-elle, de mieux comprendre le propre de l'humain et de mieux nous remettre en question". 

Publicité

Philosophiquement, le chien nous apprend combien un être aussi radicalement différent de l'homme peut lui être aussi proche

Plus qu'un animal de compagnie, un partenaire de vie, un membre de la famille. Cette amoureuse des chiens explique combien ils bouleversent complètement notre quotidien en matière de responsabilité, d'engagement et d'affects : "un chien a besoin de compagnie, c'est essentiel pour son bien-être donc il a besoin d'aller se balader, et de se sentir lié à son maître (partenaire). A partir de là on est responsable de son bien-être et il faut être capable de réorganiser toute sa vie pour lui. Il devient une personne à part entière. 

Là où l'humanité nous déçoit plus souvent, le chien nous rassure, nous réconforte

Il nous rend meilleur. Il nous apporte beaucoup de vertus et représente un rempart contre les aspérités de la vie "en nous plongeant dans un monde autrement humain. Il nous rend meilleur au quotidien en étant tout naturellement créateur de lien social". Il nous incite à sortir plus souvent de chez soi et à prendre l'air systématiquement. "C'est un excellent médiateur avec le monde extérieur et un vecteur de sympathie incomparable qui favorise l'esprit". 

Comment supporter l'éco-anxiété ?

Allez voir le One Man Chaud  de Thomas VDB! L'humoriste Thomas VDB est actuellement en tournée dans toute la France pour son spectacle "Thomas VDB s'acclimate" et sera au Trianon du 24 au 30 septembre prochain. Celui qui n'avait pas prévu de devenir écolo, lance un cri d'alerte dans un grand éclat de rire en parlant et en se moquant de ses propres peurs face au réchauffement climatique.

Thomas VDB raconte comment il a pris conscience du danger climatique. « À la base, ce n’est pas que je suis écolo, mais c’est que je n’aime pas quand il fait chaud. » Il explique qu’il a une peur phobique de la chaleur et des canicules. Thomas VDB a vécu sa première canicule en 2002, comme beaucoup de personnes. Mais aujourd’hui il alerte : « Elles sont de plus en plus récurrentes et de plus en plus violentes. » C’est tout d’abord ce phénomène qui a été son déclic personnel.

Mais pour ce qui est de sa conscience écologique et de son engagement, c’est sa compagne Audrey Vernon, qui l’a sensibilisé. Elle a d’ailleurs co-écrit ce spectacle avec lui. Aujourd’hui, être écolo est pour lui une obligation. « Ce n’est jamais assez. » Aujourd’hui, il vit avec sa famille à la campagne, après avoir quitté Paris. Il raconte dans son spectacle sa nouvelle vie de néo-rural, mais aussi toutes les petites contradictions du mode de vie écolo.

Notamment, il revient sur le fait qu’il a arrêté de prendre l’avion. « J’ai arrêté de prendre l’avion, mais parce que j’ai peur de l’avion. Je n’ai pas trop de mérite. En plus, je me suis fait choper à l’aéroport quelque temps après avoir déclaré ça publiquement. » Il aborde aussi la volonté qu’avait sa compagne de vivre en autonomie à la campagne. Mais arrivés sur place ses compétences en jardinage n’étaient pas suffisantes. « Je me moque de cette volonté d’atteindre l’autonomie alors qu’on n'en a absolument pas les moyens. Aujourd’hui il y a une espèce de condescendance. Les citadins veulent venir tout recommencer et faire un métier rural alors qu’on ne sait pas du tout comment ça marche. »

Finalement pour lui, même en étant totalement convaincu par l’écologie, il est impossible d’avoir toujours une conduite irréprochable. « Ce qui est intéressant, ce sont les contradictions. » Il tourne tout cela en dérision sans pour autant être critique. Tout le monde en prend pour son grade : le cliché de l’écolo, le néo-rural, le climatosceptique, etc.

Avec ce spectacle, Thomas VDB veut faire rire, mais aussi pour alerter son public sans pour autant les bousculer. « Dès qu’on est militant, on a un côté emmerdant. Personne ne milite pour son plaisir. » Au travers de l’humour, il véhicule ses convictions et ses angoisses pour le futur. « Est-ce qu’il faut s’angoisser ou est-ce que ce n’est pas si grave ? On ne sait pas. Mais je pense tout de même qu’on en fait jamais assez. »

Comment répondre au climatorassuristes

Ces nouveaux climatosceptiques qui minimisent l'impact de l'urgence écologique ? Le vulgarisateur scientifique Thomas Wagner, alias Bon Pote, publie aux éditions CNRS un petit guide pour Tout comprendre (ou presque) sur le climat. Y a-t-il un consensus scientifique sur le réchauffement climatique ? Quel rôle joue le CO2 dans ce phénomène ? Le climat a-t-il toujours vraiment changé ? En une centaine de pages illustrées et relues par le CNRS, Thomas Wagner vous permettra de tout comprendre sur le climat. Depuis 2018, sur son blog Bon Pote, dans des articles nourris de lectures scientifiques et approuvés par les meilleurs chercheurs dans le domaine, il fait part de ses réflexions sur la question écologique, et fait œuvre de pédagogie.

Programmation musicale

L'équipe

Mathieu Vidard
Mathieu Vidard
Mathieu Vidard
Production