Le déni de notre animalité : sur les 52 gestes répertoriés chez les enfants humains, 46 étaient identiques à ceux des singes.
Le déni de notre animalité : sur les 52 gestes répertoriés chez les enfants humains, 46 étaient identiques à ceux des singes.
Le déni de notre animalité : sur les 52 gestes répertoriés chez les enfants humains, 46 étaient identiques à ceux des singes. ©Getty - martin-dm
Le déni de notre animalité : sur les 52 gestes répertoriés chez les enfants humains, 46 étaient identiques à ceux des singes. ©Getty - martin-dm
Le déni de notre animalité : sur les 52 gestes répertoriés chez les enfants humains, 46 étaient identiques à ceux des singes. ©Getty - martin-dm
Publicité
Résumé

Dans le club cette semaine, on s'intéresse au déni de notre animalité, à "la bête en nous". On se plonge dans un roman graphique d'anticipation sur les métaux rares, à quoi ressemblerait un monde 100 % green ? Et on redécouvre la chimie, cette discipline qui souffre d'une mauvaise image.

avec :

Jessica Serra (éthologue et spécialiste de la cognition animale), Claire-Marie Pradier (directrice scientifique adjointe à l'Institut de chimie), Guillaume Pitron (Journaliste, réalisateur.).

En savoir plus

À quoi ressemblerait un monde où les énergies vertes seraient reines ? 

Prométhium c'est l’histoire de Salem Hoarau, chasseur de métaux rares dans un monde dominé par les énergies vertes en 2043. Lors d’une visite dans la plus grande mine du monde de Prométhium située à Gambang, il découvre que cette mine est condamnée, qu’il n’y a plus de ressources et qu’il va alors falloir extraire ce métal des fonds marins.

Le prométhium est considéré comme un métal dont les propriétés ont été très développées en 2043, seulement, "La Terre n’aurait produit que 600 gr de prométhium".

Publicité

En parallèle de cette histoire, il y a celle de chercheurs dans le domaine la paléontologie,  qui parviennent à créer un matériau de synthèse à partir d’une plante exhumée disparue il y a 30 000 ans. Matériau pouvant donc se substituer au prométhium. 

Prométhium est un roman graphique d’anticipation qui rapporte un monde où les énergies vertes sont la norme, mais aussi une nouvelle dépendance et montre les enjeux et problématiques auxquels nous auront à faire face quand le tout énergies vertes sera en place, si l’on suit les préconisations actuelles.  

Si la transition écologique est nécessaire, elle génère néanmoins de nouveaux défis 

- Guillaume Pitron

On en parle avec Guillaume Pitron, journaliste et co-auteur du roman graphique Prométhium (Massot Editions) librement adaptée du livre La Guerre des métaux rares (Editions Liens qui Libèrent 2018)

Une étonnante chimie

La chimie, ça ne sert pas qu'à polluer ! Ces dernières décennies, la discipline de Lavoisier, auteur du célèbre "Dans la nature, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme", semble souffrir d'une sale réputation.

Claire-Marie Pradier est directrice adjointe scientifique à l'Institut de Chimie. Ce constat, elle le fait depuis quelques années déjà. C'est pourquoi elle a voulu redonner sa bonne place à la chimie, en publiant un recueil d'articles qui en montre une autre facette.

D'innovations écologiques en avancées médicinales, de l'origine même de la vie à des procédés complexes de stockage de l'énergie, la chimie propose aussi d'apporter des solutions aux nouveaux enjeux de ce siècle.

Elle est aussi le reflet de l'originalité et de la créativité de l'être humain, à l'image de cette pile qui fabrique de l'électricité à partir de simple sueur, ou encore de ces faux os réalisés avec une imprimante 3D, qui servent à guérir de vrais malades.

Le déni de notre animalité avec l'éthologue Jessica Serra 

Jessica Serra est éthologue, spécialiste de la cognition animale, directrice de collection pour la maison d’Edition HumenSciences et auteur du livre La bête en nous chez HumenSciences Mondes Animaux.   

Dans son livre "La bête en nous"  elle retrace l'histoire de Sapiens, sa place et son évolution au fil du temps mais aussi les croyances qui l'ont amené à s'éloigner de son animalité.  Il semble pourtant qu’en ces temps reculés, Sapiens se positionnait avec les bêtes dans un rapport horizontal et non hiérarchique. 

Mais qu'est-ce qui fait notre humanité ? Les outils, le langage, les émotions ? Les animaux aussi utilisent des outils et ce n'est pas propre à l'homme, ils communiquent également, on parle de communication référentielle. Pas de mots, mais des sons, leurs mots à eux, sorte de vocabulaire oral. 

Les mondes de Campbell ont confirmé l’existence d’une communication référentielle chez de tels non-humains : ces primates émettent des séries de sons différenciées en fonction du type de prédateur en approche (aigle ou léopard).

Les grands singes, à l’instar de l’Homme, utilisent largement leurs mains pour communiquer. Une équipe internationale d’éthologues s’est intéressée à la gestuelle de bébés humains dans leur deuxième année d’existence et l’a comparée à celle de chimpanzés vivant en Ouganda. 

Sur les 52 gestes répertoriés chez les enfants humains, 46 étaient identiques à ceux des singes. Notre progéniture partage ainsi 89 % de sa gestuelle avec les chimpanzés. Une exception cependant : le pointer du doigt est 100 % humain, du moins lorsque nous ne l’apprenons pas aux grands singes ! L’on retiendra qu’au commencement de notre vie, notre mode de communication est… simiesque ! 

Des mères chimpanzés qui non seulement se livrent à d’intenses séances de chatouilles avec leur petit, mais pratiquent aussi le « jeu de l’avion » en faisant virevolter leur enfant, ou celui du « je vais te manger », en feignant de dévorer le corps de leur petit...

Avec 

Jessica Serra, éthologue, spécialiste de la cognition animale, directrice de collection pour la maison d’Edition HumenSciences et auteur du livre « La bête en nous » chez HumenSciences Mondes Animaux. Avec des vidéos disponibles sur La vie secrète des animaux

Claire-Marie Pradier, directrice scientifique adjointe de l'Institut de chimie. Elle a coordonné l'ouvrage Etonnante chimie, paru aux éditions CNRS.

Partenariat Pur, que dit la nature, le vodcast de Francetv.fr

Pur, que dit la nature ? pour réécouter le son qui a été diffusé dans l'émission et découvrir quel était l'animal qui se cachait derrière !

Ce vodcast est une collection d’histoires sonores courtes, 100 % nature, 100 % réelles, qui convoquent l’imaginaire et la curiosité de l’« audi-spectateur ».

Références

Programmation musicale

  • 14h08
    Surfin' USA
    Surfin' USA
    The Beach Boys
    Surfin' USA

    Wilson

    Album The platinum collection (1963)
    Label EMI
  • 14h28
    Moins joli
    Moins joli
    ILIONA
    Moins joli

    ILIONA

    Album Moins joli (2020)
  • 14h42
    Where you find me (single version)
    Where you find me (single version)
    The Notwist
    Where you find me (single version)
    Album Where you find me (2020)
    Label MORR MUSIC

L'équipe

Mathieu Vidard
Mathieu Vidard
Mathieu Vidard
Production