Statue de cire de Louis de Funès (habituellement présentée au musée Grévin, mais qui se trouve actuellement à la Cinémathèque pour l'expo Louis de Funès) ©AFP - Alain Jocard
Statue de cire de Louis de Funès (habituellement présentée au musée Grévin, mais qui se trouve actuellement à la Cinémathèque pour l'expo Louis de Funès) ©AFP - Alain Jocard
Statue de cire de Louis de Funès (habituellement présentée au musée Grévin, mais qui se trouve actuellement à la Cinémathèque pour l'expo Louis de Funès) ©AFP - Alain Jocard
Publicité
Résumé

Cette semaine, les critiques Nicolas Schaller (l'Obs) et Etienne Sorin (Le Figaro) débattent de l'exposition de la Cinémathèque consacrée à Louis de Funès - et nous livrent également leurs coups de cœur musicaux et littéraires.

avec :

Etienne Sorin (Journaliste culture au Figaro), Nicolas Schaller (journaliste pour L'Obs).

En savoir plus

Le débat des critiques

Où l'on revient sur l'exposition Louis de Funès, consacrée au grand comédien et accompagnée d'une grande rétrospective de trente-cinq films, jusqu'au 31 mai 2021 à la Cinémathèque Française.

Nicolas Schaller : « On revisite les trente glorieuses à l’aune de la carrière de Funès qui en a vraiment été l’incarnation, jusque dans ses ambivalences », et qui en même temps a été un « petit animal punk qui a un peu agité la comédie, dans des films qui parfois étaient un peu vieillots »

Publicité

Pour Etienne Sorin, « A moins d’avoir un doctorat en De Funès, effectivement, on en apprend beaucoup. Le parcours est à la fois didactique et très ludique ». Il note également que « c’est le premier acteur qui a le droit à une expo à la Cinémathèque, ce qui n'est pas rien (...) et il le mérite ». 

« La sonorisation est peut-être le petit bémol de l’exposition », qui est néanmoins « Covid-compatible » selon Etienne Sorin !

Les coups de cœur des critiques

  • ROMAN - Retour de Service de John le Carré

« Très très beau roman », pour Etienne Sorin, le vingt-cinquième ouvrage d'un auteur qu'on ne présente plus. Il y est question de badminton et de Nat, « un vétéran des services de renseignements qui, après vingt-cinq ans de terrain, revient à Londres ». Une pré-retraite tranquille qui se transforme « en une dernière mission qui va se compliquer ».

« Le Carré est très très fort car il arrive à dessiner des sous-intrigues, des fausses pistes, et pourtant on ne perd pas du tout le fil du récit, ce qui est remarquable. Un roman à lire, évidemment. »

  • ALBUM :  Gong!, de Catastrophe

Pour Nicolas Schaller, Catastrophe est un groupe de « jeunes gens multi-talents, à peine trentenaires, à la fois musiciens et danseurs. Il faut les voir en concert, c’est un spectacle très familial et qui plaît beaucoup aux enfants 

Gong!, leur nouvel album,  « s’amuse de notre accoutumance aux réseaux sociaux, du temps qu’on a plus, de la vie après la mort, avec un talent mélodique assez galvanisant et une poésie assez... C’est un peu comme si Philippe Katherine avait voulu faire Starmania! »