Publicité
Résumé

Nicolas Ungemuth (Le Figaro) et François Forestier (L’Obs) débattent autour du nouvel album de Beyoncé : "Renaissance".

En savoir plus

Le débat : Renaissance**, le dernier album de Beyoncé****.**

Beyoncé a créé et enregistré cet album durant la pandémie, pendant près de trois ans.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Empli d’hymnes entraînants qui résonnent en chacun de nous, Renaissance est une œuvre qui prône la liberté, l’exaltation et le lâcher prise. Une musique qui vous émeut profondément et vous encourage à danser. La magie de Renaissance se trouve également dans la voix de Beyoncé, riche, émouvante, parfois vulnérable, et toujours si passionnée. Elle se pose sur des paroles immédiates, audacieuses et encourageantes.

Les conseils des critiques :

  • ROMAN : “ Le crépuscule du monde ”, de Werner Herzog, aux éditions Séguier . Le coup de cœur de Nicolas Ungemuth.

« Soudain, trouant le silence, une voix me demanda : “Si vous ne souhaitez pas voir l’empereur, qui d’autre pourriez-vous avoir envie de rencontrer au Japon ?” » À cette question, Werner Herzog répondit sans hésiter : « Onoda. » Le nom, à lui seul, a l’apparence d’une énigme. En 1945, lorsque le Japon capitule, Hiroo Onoda est un soldat de l’armée impériale à qui l’on a confié la défense d’une petite île des Philippines. Ignorant la défaite de son pays, retranché dans la jungle, il continuera pendant près de trente ans une guerre imaginaire où les véritables ennemis sont moins les troupes américaines qu’une nature hostile… et ses propres démons.

“Cette histoire est complétement folle, racontée par la poésie et la folie d’Herzog."

  • CINÉMA : Sept films de François Truffaut en version restaurée. Le coup de cœur de François Forestier.INÉMA : Sept films de François Truffaut en version restaurée. Le coup de cœur de François Forestier.

Sept films sortis entre 1967 et 1978, de La Mariée était en noir à La Chambre verte, en passant par L’Histoire d’Adèle H. , La Sirène du Mississippi et l’Enfant sauvage.