France Inter
France Inter
Publicité

Emmanuel Macron a tranché cette nuit « Comment faire passer la réforme des retraites » ? après des semaines d’incertitude sur la méthode…

Quel feuilleton. Et c’est pas fini ! La réforme des retraites, on savait déjà à peu près ce qu’il y aurait dedans, mais on ne savait pas comment le gouvernement allait nous la faire avaler. Genre : “il va falloir me soigner cette vilaine toux, mais on hésite encore entre le cachet ou le suppositoire”. Et nous, on est tous là “mon dieu faites que ce ne soit pas le suppo, parce qu’on ne pourra pas le recracher !” Donc, légitimement, nous, on s’interroge sur “la méthode”. Et pourtant, dans “Le Canard enchaîné”, on apprend que Macron, lui, disait : “mais les gens s’en fichent de savoir comment on va faire”, et il ajoute, je le cite : “La méthode, c’est du javanais pour 80% des gens”.

Du javanais ! Déjà l’expression date de la fin du XIXè, passons… Mais t’inquiète que s’il faut se mettre au javanais pour éviter que tu nous la fasses à l’envers, on va s’y mettre au javanais ! On a déjà deux, trois notions… Le 49.3 on voit tous très bien ce que c’est. A tel point que même mon voisin a appelé son chien “49.3” ! 49.3, au pied ! ça marche hyper bien.

Publicité

Bref. Macron estime que la méthode importe peu et que les Français n'y comprennent rien. Je rappelle que les Français, c’est ce peuple qui a réussi à comprendre les protocoles sanitaires de Jean-Michel Blanquer… C’est comme si le Président voulait profiter du manque de connaissances démocratiques de ses concitoyens. Comme moi quand je joue au Monopoly avec ma petite nièce et que je lui dis : “Non mais regarde, moi j’ai comme pion la petite voiture, donc j’ai le droit de sauter par-dessus ta rue de la Paix !”... Il faut toujours bien lire les règles de la démocratie quand on veut jouer avec un gouvernement.

En plus, cette nuit, le président a changé les règles du jeu… maintenant il propose une troisième voie.

Je vous résume les discussions : Macron souhaite un texte présenté en janvier à éventuellement faire passer par le 49.3 au lieu d’un amendement en septembre qu’il aurait fait passer par le 49.3. Franchement, là il nous offre trois mois de plus pour bien se rende compte qu’il nous prend pour des truffes, c’est plus que raisonnable ! Et dans le fond, on le sait tous très bien que ça peut finir avec le suppositoire… Sauf qu’il fallait trancher la fameuse question : “Dans quel sens on l’introduit ?”

Là-dessus, mardi, dans cette matinale, Bruno Le Maire, je l’ai entendu vous dire : « Il n’a jamais été question de passer en force ! » Wow… Lui-même pendant l’interview il s’est dit : “Léa m’a grillé, elle a vu que j’avais menti… pas grave, je vais sortir une histoire de col roulé qui va noyer le poisson”. Bien joué, c’est tout ce que les internets ont retenu… Le petit air de flûte qu’il a joué juste avant, étouffé dans le col roulé. Heureusement pour mon Bruno que la réforme des retraites ne tombe pas en plein mois d’août. “Cet été vous me verrez en slip”... Par pitié, retirez-lui son Instagram !

Bref. Maintenant, quand les politiques se font coincer par un journaliste, ils sont là : “Hey sinon vous avez vu mon pull ? 100% mohair ! Oui, ça se lave en machine, programme délicat. Comment ? Les… retraites ? Oui, je mets un petit bouchon de Soupline, sinon après ça bouloche”. Avant, les gouvernements sortaient les rames pour faire passer les réformes. Aujourd'hui ils sortent le pull en mohair. Qu’est-ce qu’on va y gagner ? Ben ça on le voit déjà : la radicalisation de François Bayrou.

Donc, voilà, cette nuit, Emmanuel Macron a bien fait comprendre qu’il voulait se concentrer sur le fond de la réforme et éviter de parler de la forme. Victor Hugo disait : "Le fond, c'est la forme qui remonte à la surface". Mais Victor Hugo était un fervent opposant au 49.3, comme chacun sait.

L'équipe

Charline Vanhoenacker
Charline Vanhoenacker