France Inter
France Inter
vidéo
France Inter
France Inter
Publicité

Certaines compagnies aériennes menacent de faire voler des dizaines de milliers d’avions à vide pour conserver leurs créneaux, à cause de la rigidité des règles européennes…

L'Europe, ce bon vieux continent où des avions sans passagers volent au-dessus de migrants qui se noient. C’est la Lufthansa qui menace de faire 18.000 vols à vide pour garder ses créneaux de décollage et d’atterrissage. Non mais c’est trop énorme. Ne vous en faites pas, ils ne vont pas le faire. C’est des Allemands : ils n’ont pas prévenu quand ils ont envahi la Pologne… 

Ca donne quand même l'impression que l'humanité a vraiment envie de crever, et vite. Dans le contexte d'urgence climatique, les vols à vide, c'est… à peu près l'équivalent de jouer au bowling sur une piste en biscotte (j’ai pas mieux). Je ne vois pas comment on pourrait faire pire, à part menacer de faire voler tous les avions au charbon. 

Publicité

18 000 vols sans passagers au-dessus de nos têtes... Est-ce qu’on n’est pas allés un peu trop loin, déjà, dans le combat contre la cancel culture ? Là, manifestement, on n’ose plus rien annuler DU TOUT ! Alors on appelle ça des « Vols fantômes »... moi si ça m’évoque un truc, c’est « les trains fantômes ». Donc c’est la nouvelle attraction de l'union européenne. Et ça fait le même effet que dans les foires, moi quand j’ai appris la nouvelle j’étais toute pâle. 

Quand on y réfléchit, ça repousse très loin les limites du télétravail : aujourd’hui quand tu es steward, tu peux faire ton boulot en visioconférence. D’ailleurs, j’espère que l’équipage ne s’emmerde pas à se saper avec l’uniforme et tout… et qu’ils font Paris-New-York en jogging chaussettes devant Netflix, comme tous les voyageurs… enfin, quand y’en a à bord. 

On pourrait au moins trouver une utilité à ces vols à vide : on leur attacherait des grandes banderoles à l'arrière pour diffuser des messages du genre « Consommez local ! » ou « Pensez à faire pipi sous la douche »…

Sinon comment les compagnies vont pouvoir justifier une telle aberration ? « Ah non mais là c'est on ne peut pas dire qu’on était à vide ! On a ramené le teckel à poils ras de Michel, le chef steward. Il le ramène à son ex-femme en Turquie toutes les deux semaines ! » Voilà. C'est un peu le même principe qu'un fusil chargé à blanc, sauf que là tu ne tues personne. Alors qu'avec un avion chargé à blanc, tu tues tout le monde en même temps, mais pas tout de suite, et ça se fait sans bruit. 

Parce qu’évidemment on ne peut pas arrêter tous les vols comme ça, pensez-vous ! Sinon la nature reprendrait ses droits et après, on sait comment ça va : il suffit d'annuler trois avions pour que le gazon repousse, que le pissenlit fende le tarmac de l'aéroport et qu'on voie débarquer des milliers de petits lapins sur les pistes. 

Donc, en somme, comme le titre d’un fameux film : « Don’t look up », au risque de voir passer les avions fantômes.

L'équipe

Charline Vanhoenacker
Charline Vanhoenacker
Charline Vanhoenacker
Charline Vanhoenacker