France Inter
France Inter
vidéo
Le débat dans une suite du Ritz - Le Billet de Charline
Le débat dans une suite du Ritz - Le Billet de Charline
Publicité

Vous vous préparez à regarder le débat de ce soir…

Tout le monde se prépare ! D'ailleurs, ce matin, Léa est absente, parce qu’elle est à l'entrainement : en ce moment elle fait deux heures de «  Ne parlez pas en même temps, s’il vous plaît ! », ensuite elle enchainera avec deux heures de « Chacun son tour, il vous reste deux minutes ! » On pense à toi Léa ! Pas de bol c’est elle qui a été choisie… Parce qu’aujourd’hui les candidats choisissent tout : les journalistes, le réalisateur, la vitesse du ventilo, le rembourrage du siège. Les candidats auraient loué la suite impériale du Ritz, ils n'auraient pas été aussi bien reçus !  

Le réalisateur du débat c’est bien vu : c’est celui qui a déjà réalisé « Le Maillon Faible », « On ne peut pas plaire à tout le monde »… « Combien ça coûte » et « Video Gag » : c’est l’homme de la situation. Il y a eu un consensus sur la climatisation du studio aussi. 19°... C'est le genre de détail qui peut faire basculer un débat. Combien d'électeurs se sont déjà dit : « Ah j'aurais pu voter pour lui, mais il a choisi de mettre la clim trop fort... » Tout est réglé au millimètre pour que les Français choisissent au mieux qui fera des approximations pendant cinq ans. Si : même les loges vont être tirées au sort. C’est plus un débat, c’est la Française des Jeux. Il reste malgré tout des éléments imposés : Léa a pu garder sa couleur de cheveux et personne n’a obligé Gilles Bouleau à porter la moustache.

Publicité

Après, tout a été prévu en surnombre : quatre micros par personne et vingt-trois caméras ! Y’a un stock de matériel ! Personne ne manquera de rien ! On n’est pas sur des masques FFP2 ou des lits de réanimation, il s’agit d’un débat présidentiel, c'est du sérieux ! Il y a même un car-régie de rechange, au cas où le premier tomberait en panne. Alors que la seule chose qui tombe en panne dans les débats, généralement,… c'est Marine Le Pen. Enfin, elle a dit qu'elle ne referait pas les mêmes erreurs qu'en 2017. Elle était arrivée crevée alors que là elle pète la forme. Faut dire qu'elle n’en fout pas une, vu que depuis des mois c'est Eric Zemmour qui s'est occupé d'assurer sa campagne. 

Les équipes de comm’ de chaque candidat ont même négocié quelles images seront diffusées sur les écrans du décor... Imaginez que quelqu'un décide d'afficher le portrait d'Anne-Sophie Lapix… Rassurez-vous, elle est assignée à résidence par mesure de précaution.

Alors, sur le fond, Macron connait ses faiblesses, notamment sur l'écologie. Il a révisé Le peuple Migrateur, Sauvez Willy et Bambi. Ce soir, il devrait pouvoir différencier un orque d’une biche. C’est un progrès. Déjà par rapport à Marine Le Pen qui s’est mise au vert pour travailler. Traduction : elle potasse à fond le dossier de la Russie avec Thierry Mariani. 

En conclusion, tout est pensé pour le confort du téléspectateur : à défaut de belles idées, ils auront de belles images. Peut-être qu’il aurait fallu faire comme il y a vingt ans, quand c’était Chirac et le vieux Le Pen : il n’y avait pas eu de débat. Franchement, quelle idée de vouloir débattre avec l’extrême-droite…

L'équipe