vidéo
Charline Vanhoenacker - Radio France
Charline Vanhoenacker - Radio France
Charline Vanhoenacker - Radio France
Publicité
Résumé

Les bistrots reprennent vie et parmi les très nombreux journalistes qui couvrent l’événement, peut-être y aura-t-il un grand reporter pour s’en souvenir dans vingt ans…

En savoir plus

Nous étions le 19 mai 2021 et un vent de liberté soufflait à nouveau sur la France, certains jetaient leur masque vers le ciel. Le libérateur avait fière allure dans son gilet noir, plaqué sur chemise blanche, plateau à la main. Moi qui ai couvert le Yémen ou l’Afghanistan, et bien j’ai eu le privilège de faire partie de ces envoyés spéciaux au bistrot pour mieux comprendre ce qui était en train de se passer en France.  

Je me souviens de mes semelles qui collaient au sol, à cause d’un Picon-bière renversé, dont les sucs furent lavés par la drache qui me rappelait la mousson à Bombay. Aujourd'hui, j'entends encore parfois le bruit des glaçons au fond des verres et l’euphorie des clients hantent encore mes nuits… 

Publicité

J'arrivai alors devant la terrasse du Café de Flore où une bagarre allait éclater entre Augustin Trapenard et Sylvain Tesson qui s’écharpaient au sujet du cocktail préféré d'Hemingway. Le tout sous l’œil d’un caméraman qui peinait à cadrer la scène parce qu'il était à 3 grammes. A 19h, une dépêche AFP tombait comme une lame sur une saucisse sèche, annonçant : « pénurie de pistaches sur toute la rive gauche. » Les plus chanceux avaient eu le temps de prendre un selfie avec la coupelle de chips… 

Toute les télés étaient au rdv, il y avait TF1 et M6 qui désormais appartient à TF1, racheté depuis par Bolloré, avant que tout soit revendu à Walt Disney, mais bref… Nous vivions un moment historique et j'ai vu ce jour-là des choses que je n'aurais jamais pensé voir. Comme ce reporter de CNEWS tombant dans les bras du preneur de son de Quotidien… Il faut remettre les choses dans leur contexte : à l'époque, le pays était au désespoir au point que certains envisageaient même de voter Xavier Bertrand à la présidentielle. C’était l’époque où Benzema figurait sur la liste… LR de Muselier en PACA, tandis que Sophie Cluzel était sélectionnée en équipe de France… à moins que ce ne soit le contraire, je ne suis plus très sûre… c’était il y a 20 ans. 

Je voulais connaitre le sentiment des Français sur cette réouverture et sonder leur âme : allaient-ils commander une pinte ? Je m’aventurai à leur poser cette question, car nous vivions encore les belles heures de la liberté de la presse. 

Et les Français me le rendaient bien, chacun trouvant les mots justes : « J’ai retrouvé le goût du Perrier rondelle à 10 euros dans un verre mal rincé », me dit l’une… tandis que d’autres répondaient émus : « bblaaglagharggh », décrivant pudiquement leur émotion. Ce qui me valut de recevoir le prix Robert Namias du grand reportage. Car j’étais là pour témoigner de ce moment où le pays retrouvait enfin toute sa noblesse et sa dignité !

Références

L'équipe

Charline Vanhoenacker
Charline Vanhoenacker
Charline Vanhoenacker
Charline Vanhoenacker