France Inter
France Inter
Publicité
Résumé

Les bistrots sont rouverts depuis plus d’une semaine maintenant et déjà vous ne savez plus où donner du gosier que vous avez en pente douce.

En savoir plus

Où aller se désaltérer ? Où s’abreuver ? Où pictonner ? Où trinquer ? Où biberonner ? Où lever le coude ? Où s’humecter les amygdales ? Où chopiner ? Où se graisser le toboggan ? Où s’arroser l’avaloir ? Où se piquer la ruche ? Où recharger les accus ? Où rhabiller le gamin ? Où étrangler un perroquet ?

Les bistrots ont sorti leurs terrasses depuis plus de huit jours mais avant de se retrouver au zinc, on ne peut pas à l’aveuglette s’asseoir sur n’importe quelle chaise en rotin. On est des esthètes de la picole, des artistes de la lichaille et de la schnoupe.

Publicité

Alors comment dégotter le bistrot comme il faut, le bistroquet rêvé, la buvette super chouette, l’hectopièze balèze, le bistral idéal ? 

En se procurant la Micheline. La Micheline n’est pas la femme du guide Michelin. La Micheline n’est pas non plus l’inoubliable Sainte Chérie. La Micheline est « le guide pratique et sérieux et rigoureusement subjectif permettant de se désaltérer en toute convivialité et sans trop de frais dans les endroits les plus divers ».

La Micheline est un livre sorti aux Équateurs et signé Philibert Humm et pierre Adrian.

Tourner les pages de la Micheline, c’est déjà voyager.

Sur la vitrine du Bistrot, place Paul-Doumer à Château-Gontier-sur-Mayenne, on peut lire, en lettres capitales « Ici, on consulte le bottin ».

Chez Charlemagne, sur le Port, à l’île-aux-Moines, on s’interroge « Qui a eu cette idée folle un jour d’inventer l’alcool ? »

Au Central Bar d’Étel, 13, rue du général Leclerc on entend des conversations qui ouvrent des perspectives « Si t’as du maquereau de rab, avec Marcel, on est preneurs ».

La Pomme d’Or à Pont-L’Évêque est située face à la droguerie Legrand « Droguerie Legrand, c’est épatant ! »

Chez Carole et Philippe au Bourg de la Ferté en Ouche, on n’est pas spécialement impressionné par les discours politiques « le Président a dit qu’il ne laisserait personne au bord de la route. Il est bien aimable, mais on ne lui a rien demandé. » Surtout qu’au bord de la route, il y a parfois des bistrots où l’on peut satisfaire son goût pour les Picon-bière, la contemplation, la mélancolie et les cacahuètes.

Certains bistrots méritent un détour de 5, 15, 30 kilomètres, certains méritent le voyage en Haute-Saône comme chez Yvette à Ray-sur-Saône ou Chez Jacky à Saint-Loup-sur-Semouse.

La Micheline ne prétend pas être exhaustive. Quelques départements, la Seine-Maritime, le Morbihan, le Puy-de-Dôme sont surreprésentés au regard de ceux qui ne sont même pas mentionnés : l’Ain, L’Aisne, L’Allier, le Cantal et la Charente à qui l’on ferait certainement injure en soutenant qu’il y réside moins d’alcooliques qu’ailleurs

Considérons La Micheline comme un work in progress comme on dit au Look-bar de Lyon, au Cool à Marseille, au Jack’s Pot à Imphy dans la Nièvre.

L’année prochaine, le livre sera augmenté des nouvelles découvertes et un jour on s’étonnera dis-donc que les rédacteurs du Guide Michelin sont pas des moitiés de dégueulasse vu qu’ils ne se sont pas gênés pour copier leur nom sur celui de la « Micheline tournée des Bars de France », de, je le répète, Philibert Humm et Pierre Adrian.

Livre frivole, léger, superflu, autant dire, parfaitement indispensable.

Références

L'équipe

François Morel
François Morel
François Morel
Production
François Morel
François Morel
François Morel
Chronique