Elizabeth II et l'un de ses corgis ©AFP - Steve Parsons
Elizabeth II et l'un de ses corgis ©AFP - Steve Parsons
Elizabeth II et l'un de ses corgis ©AFP - Steve Parsons
Publicité
Résumé

La Reine Elizabeth disparue, de nombreux chefs d’état, femmes et hommes politiques, journalistes, personnalités diverses se sont succédés depuis hier soir pour rendre publiquement un dernier hommage à la souveraine...

En savoir plus

Et tenter de dessiner un portrait qui serait incomplet si l’on avait renoncé à approcher l’un de ses plus proches amis, l’un des plus fidèles parmi les fidèles, un compagnon de route et de chemins creux qui a toujours su rester à sa place, puisque si, naturellement il a connu la reine dans son intimité la plus absolue, il ne l’a jamais trahie, ayant toujours refuser d’ apporter la moindre révélation sur sa vie privée.

Cet ultime invité, Nicolas, s’appelle Pessybroke. Il est face à moi, j’ai traversé la Manche pour le rencontrer. C’est un chien Welsh Corgi de race Pembroke qui a accompagné la reine partout, notamment sur les tapis de Buckingham et les prairies de Balmoral et je voudrais d’abord le remercier d’avoir accepté de répondre à mes quelques questions puisque je crois que c’est votre première interview, (its your first interview) vous n’avez pas l’habitude de vous répandre dans les médias (you are not used to speak especially in France Inter) et ce n’est pas un secret de dire que vous aurez le mois prochain treize ans et demie, ce qui est un âge très vénérable pour un chien, et que par ailleurs vous êtes venu jusqu’à mon micro malgré une dysplasie de la hanche, j’espère passagère. Alors, première question, Pessybroke, qu’est-ce que vous ressentez ce matin et plus généralement quel est votre état d’esprit depuis hier soir ? What is your state of mind since yesterday?

Publicité

Merci Pessybroke. Je dois dire que c’est un cri du cœur et sans doute l’un des témoignages les plus troublants parmi tous ceux qu’on a pu entendre ce matin. … Comment était la reine au quotidien Pessybroke ? Avec vous, elle était comment ? Affectueuse, joueuse, attentionnée ?

Évidemment vos réponses sont riches et pas toujours faciles à traduire… Mais je pense que l’auditeur de France Inter aura compris l’essentiel de votre intervention… Alors, question difficile et peut-être prématurée mais aujourd’hui comment imaginez-vous votre avenir ?

Il semblerait, je ne sais pas si c’est une rumeur (I dont know if it is a rumour) que Stéphane Bern se serait proposé pour vous adopter, c’est une éventualité que vous pourriez imaginez sereinement?

Voilà Nicolas. C’était François Morel, envoyé spécial en Angleterre.

Kindly the dog ! Jindly! No, not my stuff! Be quiet! Pessybroke! Please…

Références

L'équipe

François Morel
François Morel
François Morel
Production