vidéo
France Inter
France Inter
Publicité
Résumé

Monsieur le Ministre de l’Éducation Nationale, je ne sais pas si vous aimez bien Pierre Perret ?

En savoir plus

Personnellement oui, parce que c’est quand même l’auteur notamment d’une des plus jolies chansons du monde et qui commence de la façon la plus délicate, la plus parfaite qui soit :

« Chez la jolie Rosette au Café du Canal

Publicité

Sous le tronc du tilleul qui ombrageait le bal

On pouvait lire sous deux cœurs entrelacés

Ici on peut apporter ses baisers »

Je ne sais pas si c’est du fait qu’en ce moment l’échange de baisers est proscrit mais la formule gravée sur le tilleul du Café du Canal suscite immanquablement chez moi qui ai le goût de la nostalgie réjouie un sourire gentiment stupide que vous pourriez voir si je ne portais pas de masque.

Mais ce n’est pas pour vous parler de baisers monsieur le ministre, vous vous doutez bien, que je vous écris.

La semaine dernière à Sarcelles la mairie avait programmé quatre représentations du spectacle intitulé « Carnet de notes » interprété par 7 artistes, chanteurs, musiciens, comédiens. Une pièce de théâtre en chansons saluée par Le Parisien, Télérama, Le Canard Enchaîné et des milliers de spectateurs qui ont pu la voir à l’occasion des presque deux-cent-cinquante représentations. Mariline Devaud Gourdon, metteur en scène et comédienne du spectacle le présente comme un voyage des cinquante dernières années de la maternelle au baccalauréat.

A l’issue de la première représentation, des parents d’élèves accompagnant les classes se sont plaints auprès du directeur de leur école primaire pour dire à quel point le travail de la compagnie était choquant du fait qu’ils interprétaient une chanson de Pierre Perret intitulée « Papa, Maman » parlant de la reproduction.

Le directeur de l’école a signalé l’affaire au rectorat.

Le rectorat a fait redescendre l’info auprès des inspecteurs des secteurs.

Les inspecteurs ont interdit aux enseignants d’emmener les classes assister au spectacle du lendemain.

Une classe de 15 élèves, des résistants sans doute, a maintenu sa réservation.

La Compagnie a dit « bon d’accord, on va jouer pour eux. » 

La direction des affaires culturelles de Sarcelles est intervenue pour tout annuler.

La chanson de Pierre Perret ayant choqué évoque la masturbation 

« Y a bien quelques brindezingues 

Qui ont dit qu’ça rend sourdingue

Beethoven qu’était pas fier 

A quand même fait une belle carrière »

La chanson parle aussi de contraception, évoque le vagin, l’ovule, les testicules.

Monsieur le Ministre, choisissez votre camp. Vous rangez vous du côté de ceux qui interdisent ou de ceux qui permettent ? Jugez-vous normal que des parents d’élèves puissent empêcher un spectacle ? Les inspecteurs qui s’érigent en censeurs ont-ils agi en votre nom ? 

Si vous pensez que l’auteur du Zizi et de Lily est un personnage indigne, scandaleux, subversif et dangereux, ne serait-il pas temps de songer à débaptiser toutes les écoles Pierre Perret qui partout en France ont fleuri, de Castelnaudary à Soligny-la-Trappe, de la Chaize-le-Vicomte à Clavettes, de Miribel à Angers ?

Pour le plaisir, je vous cite la fin de la chanson incriminée

« Comment papa a fait un p’tit frère à maman

C’est à l’école qu’on nous l’apprend

Pas la peine d’en faire toute une cathédrale

A part les hypocrites les gens normaux trouvent ça normal »

Veuillez agréer monsieur le Ministre ma détestation de la censure. Et vous ?

Monsieur le Ministre, vous feriez une réponse ?

Références

L'équipe

François Morel
François Morel
François Morel
Production
François Morel
François Morel
François Morel
Chronique