vidéo
France Inter
France Inter
Publicité
Résumé

Paul Mirabel trouve vraiment dommage qu'un ministre risque de perdre son poste juste parce qu'il ne sait pas installer l’application Deliveroo.

En savoir plus

Bonjour Leïla, bonjour Daniel, bonjour Morgane, bonjour tout le monde, 

Ça va, tout le monde va bien aujourd’hui ? Ben écoutez, moi aussi ça va. Je suis très content qu’on vous reçoive aujourd’hui Lorant Deutsch, puisque j’ai une chronique qui, par hasard, colle parfaitement avec votre corps de métier. 

Publicité

Je vais donc parler de cuisine aujourd’hui. Voilà, ça c’est l’avantage quand on te prévient le dimanche soir que tu dois faire une chronique le lundi matin, heureusement que j’ai une certaine faculté d’adaptation. Vous avez certainement suivi cette actualité récemment, comme quoi il y aurait des dîners clandestins qui auraient été organisés pour des ministres par un dénommé Pierre-Jean Chalençon. Je vous avoue que je ne connaissais pas cet individu au début. Un jour j’ai vu sa tête à la télé, puis je me suis dit : « mais qu’est-ce que Michel Polnareff a à voir dans cette histoire? ». 

Même s’il n'y a rien d’avéré pour l’instant, il s’est défendu ce Monsieur en expliquant que c’était « un poisson d’avril ». Excuse qui marche d’ailleurs très bien si tu la sors le 1er avril, mais beaucoup moins si tu la sors le 19 novembre. Excuse qui fonctionne également très bien quand tu as peut-être organisé un repas clandestin, mais beaucoup moins dans un trafic de stupéfiants je pense. Je n’ai jamais vu quelqu’un au tribunal répondre à la question : « accusé, qu’avez-vous à dire pour votre défense ? » par : « et bien, c’était un poisson d’avril. C’étaient deux tonnes de shit en provenance du Maroc, mais c’était surtout un poisson d’avril ». 

Si c’était avéré en plus, je trouverais ça vraiment dommage de perdre son poste de ministre juste parce que tu ne sais pas installer l’application Deliveroo. Par contre, même si je ne cautionne évidemment pas l’illégalité, puisque vous me connaissez, la chose la plus illégale que j’ai faite dans ma vie, c’est qu’un soir je suis rentré à 19h02 chez moi, je trouve que cette histoire met le doigt sur le fait que les restaurants nous manquent quand même. 

D’autant plus quand comme moi, tu es une catastrophe culinaire. C’est à dire que je maîtrise approximativement trois plats, dont deux qui dépendent vraiment de ce que tu peux supporter en termes de saveurs.  Pour vous donner un ordre d’idée, déjà tous les plats sur lesquels il y a écrit : « ouverture facile », tu peux être sur que ça termine aux urgences. Je pense d’ailleurs qu’ils devraient  être honnêtes sur les boîtes et marquer quand c’est vraiment le cas « ouverture compliquée ». Au moins ça te laisse le temps d’appeler des renforts. 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

Références

L'équipe

Paul Mirabel
Paul Mirabel
Paul Mirabel
Production