vidéo
France Inter
France Inter
Publicité
Résumé

Paul Mirabel revient de son premier tournage de cinéma. Il nous raconte.

En savoir plus

Bonjour Nagui, bonjour Leïla, bonjour Daniel, bonjour tout le monde !

Ça va tout le monde va bien aujourd’hui ? Ben écoutez moi aussi ça va. Je suis très content puisque je reviens du tournage de mon premier rôle dans un film au cinéma. Après, pour être honnête, c’était un petit rôle puisque dans le film il y a une chaise qui a plus de jours de tournage que moi. En plus c’est une chaise qui a un César et qui a déjà fait d’autres films, donc j’étais un peu stressé de la rencontrer au début. 

Publicité

C’est un film qui se tourne à Montreuil-sur-Mer dans le Nord de la France. Je ne sais pas si vous connaissez ? Non ? Ben c’est normal. J’ai pas trop compris d’ailleurs le nom de cette ville puisque j’ai découvert qu’il n’y avait pas la mer à Montreuil-sur-Mer. Je pensais que j’allais arriver là-bas en bateau, en fait non pas du tout, je suis arrivé en TER. C’est une très jolie petite ville Montreuil-sur-mer, c’est à coté de Berck. Ce qui n'est pas génial comme nom de ville, par contre Berck je trouve. Puisque quitte à prendre une onomatopée comme nom de ville, ils auraient pu choisir « Wow » ou « Olala ». C’est vraiment une très belle ville Montreuil-sur-Mer, je vous conseille d’y aller. C’est une ville de 1900 habitants. Ce qui est très bizarre, puisqu’à Paris, 1900 habitants, ça s’appelle une rue. Ce qui fait que j’ai entendu des phrases à la boulangerie que tu ne peux pas entendre à Paris telles que : « c’est pas grave Monsieur Pichonnier, vous me paierez ce croissant la prochaine fois ». Tu peux être sûr que si tu dis ça à quelqu’un à Paris, ben t’as perdu un croissant.

Le seul défaut de Montreuil-sur-Mer, c’est que c’est un peu loin par contre. Parfois quand quelque chose est loin, on dit : « c’est à Pétaouchnok ». Ben je me suis renseigné, les gens de Pétaouschnok quand quelque chose est loin, ils disent « c’est à Montreuil-sur-Mer ». Je suis très content de participer à mon premier film vraiment, même si je ne suis que le 9ème rôle dedans. 9ème rôle ça veut dire qu’il y aura mon nom au générique, mais que les gens seront déjà sortis de la salle depuis 30 minutes quand il apparaîtra. Je sais que c’est vraiment un tout petit rôle d’ailleurs puisque le premier jour du tournage il y a la moitié de l’équipe qui croyait que j’étais un des frères Hansson et l’autre moitié qui pensait que j’étais la doublure cheveux de Virginie Efira. 

Comme c’est mon premier film, j’ai vraiment très peu de répliques par contre. Au début je pensais même qu’on tournait le remake du film « The Artist », en fait non, c’est juste moi qui n’avais pas de dialogues. Vraiment, je ne parle tellement pas que je pense que je peux être éligible au César du Meilleur Décor. En compétition avec un arbre, puisque j’ai juste quatre répliques dans le film. En général quand tu peux compter tes répliques sur les doigts d’une main c’est que ça ne sent pas le Golden Globe. C’est uniquement des répliques courtes en plus comme par exemple : « Parfois il vaut mieux pas». 

Voilà je pense qu’on ressent clairement les deux ans de formation intensive au Cours Florent. Si vous sentez les larmes monter, n’hésitez pas à vous lâcher sur ce grand moment de cinéma. Vraiment, je ne parle pas beaucoup dans le film. Une fois j’ai même sorti ma réplique, le  réalisateur à dit : « c’est super, elle est parfaite ». J’étais content. En fait il parlait de la chaise qui venait d’arriver sur le plateau. 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

Références

L'équipe

Paul Mirabel
Paul Mirabel
Paul Mirabel
Production