vidéo
France Inter
France Inter
Publicité
Résumé

Vous en rêviez et bien voilà enfin la bonne grosse chronique humoristique sur le conflit israélo-palestinien !!!

En savoir plus

Vous êtes contents hein ?

Chers auditeurs à l’instant où je vous parle, si vous pouviez mesurer la joie qui traverse ce studio… 

Publicité

Comme disait mon vieil oncle à son proctologue : “c’est palpable“.

D’abord oui je sais, tout le monde est déçu : Le dialogue entre l'extrême-droite israélienne et l'organisation terroriste Hamas ne semble pas aussi propice à la paix qu’on aurait pu l’espérer. 

C’est décevant, on attendait beaucoup de leur collaboration, on se disait qu’avec leurs mines joviales, leurs petits yeux rieurs et cette proximité idéologique, ils avaient toutes les cartes en main, et bah non, ça pas marche !!! Comme quoi exproprier, humilier, s’envoyer des rockets ou des missiles à la tronche, entretenir la haine et rétablir le lynchage collectif… tout ça ne débouche pas mécaniquement sur la paix.  

Mais rassurez-vous, j’ai trouvé LA solution ! Vous êtes prêts ? 

Importons le conflit israélo-palestinien en France, foutons-nous sur la gueule ici, et renvoyons-le là-bas tout beau tout propre et définitivement réglé. Nous en sommes capables :

·        Communautariser le débat autour d’une vision identitaire de la religion, 

·        Mettre en avant le droit du sang contre le droit du sol, 

·        Essentialiser l’autre en le réduisant à des stéréotypes du genre “arabe-voleur- islamiste-terroriste“ vs “juif-colon-fourbe-dirigeant-le-monde-et-la-finance“… 

On peut le faire !!!

Demandons à chacun de choisir son camp. Palestinien ou israélien, juif ou arabe ! Pétons les rotules aux “mous du genoux“ qui refusent de choisir ! Écoutons tous ces spécialistes nous expliquer pourquoi la France devrait être naturellement du côté des victimes palestiniennes ou israéliennes plutôt que du côté des agresseurs palestiniens ou israéliens. Mais parce que les preuves que la victime est assurément du côté des palestiniens ou du côté des israéliens ne manquent pas. 

L’important c’est que ce soit évident pour chacun, peu importe quel camp il choisit. Ensuite, il suffit de radicaliser le débat, de laisser l’extrême droite et l’extrême gauche en faire un sujet politique national, de mobiliser les organisations religieuses, de brûler quelques synagogues et quelques mosquées et j'ai envie de dire, le tour est joué.

La suite vous la connaissez, vous mettez dessus les 70 millions de sélectionneurs de l'équipe de France, reconvertis en virologues, puis en spécialistes de l’ARN messager, et c’est gagné. (…) Enfin juste après leur avoir montré sur une carte où se trouvent Jérusalem et Ramallah. Mais ne nous emballons pas, il y a deux conditions : 

La première c’est qu’on puisse réorganiser des dîners en famille ou entre amis, vous savez, tous ces moments propices aux résolutions des crises mondiales. La deuxième c’est qu’on continue d’éviter de montrer les rares images insoutenables de Jérusalem, Tel Aviv, Haïfa où l’on voit des juifs et des arabes manifester pour la paix et le droit de vivre ensemble. A ce stade l’idée serait surtout d’éviter d’importer des images de paix, pile au moment où l’on est en voie de trouver une solution au conflit par le conflit.  

Références

L'équipe

ARAM Sophia
ARAM Sophia
Sophia Aram
Production
ARAM Sophia
ARAM Sophia
Sophia Aram
Chronique