L'insulte en politique

France Inter
France Inter
Publicité
Jacques Chirac (capture INA, 1988)
Jacques Chirac (capture INA, 1988)
© INA

« Salopard toi-même », titre Libération ce matin pour illustrer la violence du climat ambiant, même si le phénomène n'est pas nouveau.

L’art de la déstabilisation en politique, quitte à injurier pour mieux bousculer, et l'exemple des législatives de 1986, avec le devenu célèbre débat « Fabius-Chirac ».

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Jacques Chirac qui domine son adversaire ; il faut dire qu'il avait bien retenu la leçon, humilié lui-même 15 ans plus tôt. Il n'était qu'un jeune loup, ministre de 38 ans, face à un dur à cuir qui allait le dominer : Georges Marchais.

Georges Marchais, comme un boxeur qui frappe son adversaire, le sourire aux lèvres, c’était en 1971. L'humiliation en politique n'est donc pas nouvelle.

La déstabilisation et l'injure, amplifiées désormais par les nouveaux médias qui font des hommes politiques des candidats en campagne permanente**.**

L'équipe