De plus en plus de démarches sont devenues impossibles sans smartphone
De plus en plus de démarches sont devenues impossibles sans smartphone ©Getty - Westend61
De plus en plus de démarches sont devenues impossibles sans smartphone ©Getty - Westend61
De plus en plus de démarches sont devenues impossibles sans smartphone ©Getty - Westend61
Publicité

Sans que ce soit discuté, sans qu’on nous ait demandé notre avis, toute une série d’activités très quotidiennes sont devenues presque impossibles sans smartphone. Le mouvement était lancé avant le COVID, mais, nécessité faisant loi, il s’est accéléré au point que certaines relations administratives

Récemment, il est arrivé à une dame que je connais une histoire qui pourrait faire office de parabole

Cette dame a 90 ans, elle est tout à fait autonome, très active, mais porte malgré tout son âge. Elle n’a pas complètement raté le tournant technologique. Elle a un smartphone, et un ordinateur sur lequel elle regarde pas mal de choses et notamment des vidéos de concerts sur YouTube, parce qu’elle aime la musique classique, particulièrement Debussy.

Mais sa passion, ce sont les musées, elle y va souvent. Enfin, elle y allait souvent avant la pandémie. Parce que comme beaucoup de vieilles personnes, elle a cessé de s’y rendre pendant de longs mois. Il faut dire qu’elle a attrapé le COVID pendant une des vagues, qu’elle a été très mal, et que ça l’a échaudée. Donc elle a arrêté de faire la maline et est restée chez elle.

Publicité

Quand elle a eu reçu toutes ses doses de vaccin et que l’épidémie s’est calmée, elle a voulu retourner dans un des musées qu’elle préfère. Et quand elle est arrivée, elle a voulu acheter un billet à la caisse, comme elle avait toujours fait. On lui a dit “Madame, avez-vous réservé par Internet ?”. Non, elle n’avait pas réservé. On lui a dit “Mais vous pouvez le faire depuis votre téléphone.” On lui a donné le site, mais on n’avait pas le temps de lui montrer comment faire. Elle a essayé. Elle était un peu stressée, un peu agacée aussi, c’est pas facile de manipuler un smartphone avec ses vieux doigts, et elle ne voit pas très bien l’écran. Donc elle a renoncé, elle est rentrée chez elle. Et depuis, elle va beaucoup moins au musée.

Cette histoire, c’est le résumé de ce qui nous est tous arrivé ces deux dernières années

Soudainement, sans que ce soit discuté, sans qu’on nous ait demandé notre avis, toute une série d’activités très quotidiennes sont devenues presque impossibles sans smartphone. Le mouvement était lancé avant le COVID, mais, nécessité faisant loi, il s’est accéléré au point que certaines relations administratives, l’achat de certains biens, la fréquentation de certains lieux supposent qu’on soit équipé d’un smartphone, et qu’on sache l’utiliser.

Moi, pour des raisons assez évidentes, ça me rend dingue. Pas parce que je déteste les smartphones, mais parce que ça laisse de côté plein de gens pour lesquels c’est compliqué, que ces gens ne soient pas équipés, ou rétifs, ou vieux. Et même pour des gens qui sont équipés, pas technophobes et dans la fleur de l’âge, ça crée plein de situations stressantes : tout à coup, pour un acte naguère banal, on dépend d’un objet technique, de notre aptitude à le manipuler, de son bon fonctionnement ou du chargement d’une batterie.

Que cette dépendance logistique vienne s’ajouter aux relations compliquées qu’on avait déjà avec cet outil, ça me rend encore plus dingue

En fait, pour le dire vite, j’ai l’impression d’être coincé dans une relation que je me suis d’abord imposée et que maintenant on m’impose, une relation que je n’ai jamais eue jusque-là avec aucun objet technique. J’ai l’impression, qu’à part le choix du modèle - et quelques petites décisions éthiques et personnelles - je n’ai presque plus de marge de manœuvre. Ma vie sera avec smartphone, ma vie sera rythmée par les mises à jour, par l’angoisse de devoir changer mon téléphone quand il commence à flancher, par l’agacement contre l’appli de la SNCF, par la mauvaise conscience de participer à la surconsommation énergétique avec mon truc qu’il faut sans cesse renouveler.

Et donc, la question que je me pose c’est : est-ce que c’est une fatalité ? Est-ce qu’il était possible que ça passe autrement, mais surtout, est-ce que dans l’avenir, ça pourra se passer autrement ?

Quand j’ai su que je croiserai Nicolas Nova, je me suis dit que c’était un signe.

Avec Nicolas, on se connaît depuis longtemps. Depuis des années, il travaille à Genève aux confins de la sociologie et de l'anthropologie sur nos pratiques numériques. Par exemple, il y a 10 ans pile, il avait écrit un très beau livre intitulé “ Curious rituals”, dans lequel il décrivait la manière dont on incorpore nos outils ? C’est-à-dire comment on tient notre téléphone dans la main, comment on le caresse, la manière dont on marche quand on est en conversation etc. C’était simple et très parlant. J’ai suivi les travaux qu’il a menés depuis sur le  smartphone, sur le  coût écologique de cet outil, sur les boutiques de réparation. Mais ça fait longtemps qu’on n’a pas discuté. Or, là, il me semble que c’est le moment où j’ai besoin de quelqu’un comme ça pour m'éclairer sur ce qui se joue avec l’imposition du smartphone dans tous les aspects de nos vies.