Tom Wolfe dans les studios de France Inter
Tom Wolfe dans les studios de France Inter ©Radio France - Anne Audigier
Tom Wolfe dans les studios de France Inter ©Radio France - Anne Audigier
Tom Wolfe dans les studios de France Inter ©Radio France - Anne Audigier
Publicité

L'écrivain et journaliste, auteur de "L'étoffe des héros" et du "Bûcher des vanités" nous a quittés mardi 15 mai 2018, à l'âge de 87 ans. (Re)Découvrez comment il procédait pour écrire, où il puisait son inspiration, d'où venait son look si particulier...

Il est le poil à gratter de l’Amérique, un polémiste hors-pair doté d’une arme singulièrement efficace : le roman. Des romans sur vitaminés, bodybuildés, écrits au mégaphone qui éclabousse la société bien-pensante américaine et ce, depuis la parution du tout premier, Le bûcher des vanités en 1987 jusqu’à ce nouveau chef d’œuvre : Bloody Miami en 2013. 

Avant cela, notre homme avait déjà lâché quelques bombes, lançant ce que l’on a appelé Le nouveau journalisme, ciblant la collusion entre l’élite new-yorkaise gauchiste, radicale chic de Park avenue et les Black Panthers, moquant les dérives de l’Art Moderne, éreintant les icônes politiques du moment, enquêtant sur les pilotes d’essai de la Nasa ou encore sur les hippies hallucinés des Sixties. 

Publicité

L’étoffe des héros, Acid test, sont devenus cultes, ses romans au nombre de quatre ont fait le tour du monde : Le Bûcher des vanités  (1987) Un homme, un vrai  (1998), Moi, Charlotte Simmons  (2004), Bloody Miami (2013).

Bloody Miami c’est l’histoire de la seule ville d’Amérique où une population, venue d’un pays étranger : Cuba, a établi sa domination en l’espace d’une génération. Mais à Miami, au lieu d’une intégration, on assiste à un véritable choc des cultures. Pour écrire ce roman, il a comme d’habitude enquêté, c'est à dire qu'il a tout lu, tout vu, tout fait… 

Tom Wolfe, son traducteur Michel Zlotowski et François Busnel

Tom Wolfe
Tom Wolfe
© Radio France - Anne Audigier

Extraits de l’entretien :

François Busnel : Tom Wolfe, comment travaillez-vous ?

Tom Wolfe : Je vais dans un endroit déterminé, dans ce cas-ci Miami, et j’attends que les personnages entrent dans le champ__. Je n’arrive pas avec des personnages déterminés. Personne n’a suffisamment d’imagination pour savoir ce qui va se passer… je suis effaré parce que les gens peuvent faire.

F.B : Pourquoi Miami ?

T.W : "Mon premier intérêt, c’est la vie des gens. J’ai pensé à Miami car beaucoup de gens transitent par Miami, c’est une sorte de plan B, pour les Russes, les Vénézuéliens, les Haïtiens. La plupart sont entrés illégalement, ce qui ajoute une couche à cette histoire.  

Vous avez entendu parler du Melting pot, l’idée que tout le monde se fondrait dans une culture commune ? Et bien non, rien ne se fond...

A Miami, les Russes ne se mélangent pas aux Cubains, les Latinos ne se mêlent pas aux Anglo… 

Je viens du Sud des Etats-Unis, en Virginie, un pays de prêcheurs. J’appartiens pour partie à la culture new-yorkaise mais aussi à cette culture.

F.B : Vous vous sentez tiraillé entre deux lignages ? C’est pour cela que vous vous portez un costume blanc, c’est une tenue typique du Sud ? 

T.W  D_ans le Sud où j’ai grandi, les hommes étaient vêtus de lin blanc pour supporter la chaleur. A N.Y, en arrivant au journal habillé de blanc, on me regardait comme quelqu’un d’intéressant… alors je l’ai gardé comme une marque de personnalité !_

F.B : Où avez-vous été cherché votre personnage spécialiste des addiction à la pornographie dans Bloody Miami ?

T.W :

J’ai une grande dette vis-à-vis de la littérature française, j’aime me penser comme une réincarnation de Zola !

Zola adorait aller dans les endroits qu’il ne connaissait pas, Les grands magasins par exemple avec Au bonheur des dames…Ca m’a attiré cette façon de faire. En ce qui concerne l’addiction à la pornographie, j’ai découvert que cela concerne beaucoup d’hommes dans mon pays, d’où le psychiatre spécialisé sur ce sujet et victime lui-même de cette addiction.

La suite à écouter...

Les choix musical de l'invité :

  • The Beach Boys - Good vibrations - 1966 - Smiley smile
  • une opérette composée par Gilbert et Sullivan en 1885 : Final de "The Mikado" For he's gone and married Yum-Yum

ALLER PLUS LOIN

►►►   L'écrivain Tom Wolfe est mort
►►► "Bloody Miami" de Tom Wolfe

►►►    Les 8O secondes de Nicolas Demorand

►►►    Le billet de Frédéric Beigbeder

L'équipe

François Busnel, 2015
François Busnel, 2015
François Busnel
Production
Grégoire Louis
Collaboration
Vannina Scaglia
Collaboration
Anne Kobylak
Réalisation