Le journaliste indépendant français Olivier Dubois a été enlevé le 8 avril 2021 au Mali
Le journaliste indépendant français Olivier Dubois a été enlevé le 8 avril 2021 au Mali
Le journaliste indépendant français Olivier Dubois a été enlevé le 8 avril 2021 au Mali ©AFP - Social media
Le journaliste indépendant français Olivier Dubois a été enlevé le 8 avril 2021 au Mali ©AFP - Social media
Le journaliste indépendant français Olivier Dubois a été enlevé le 8 avril 2021 au Mali ©AFP - Social media
Publicité
Résumé

8 avril 2021, 8 février 2022 : cela fait dix mois que le journaliste Olivier Dubois est otage d'un groupe djihadiste au Mali. Il est le seul otage français dans le monde.

En savoir plus

Le journaliste indépendant de 47 ans, vivant et travaillant au Mali depuis 2015, avait annoncé lui-même son enlèvement dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux le 5 mai 2021.

Il expliquait avoir été kidnappé le 8 avril à Gao, dans le nord du Mali, par le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), principale alliance djihadiste au Sahel, liée à Al-Qaïda. Depuis, pas de nouvelle malgré la mobilisation de ses proches et de ses soutiens. 
Tous les 8 de chaque mois, son nom revient dans l'actualité, tous les 8 de chaque mois, sa photo réapparait dans certains journaux et sur le web. Avec un objectif pour ses proches : tout faire pour qu'Olivier Dubois ne tombe pas dans l'oubli. Parallèlement, ces derniers ont lancé début janvier une pétition pour demander la libération du journaliste, mais aussi pour alerter les citoyens de la situation et interpeller les chefs d'Etats français et maliens sur son cas. Une mobilisation qui ne faiblit pas mais qui semble se heurter au silence des autorités. Ce silence est revendiqué notamment par le ministre français des affaires étrangères qui rappelait le 12 janvier dernier que la loi en la matière, c'est le silence. Cette mobilisation doit aussi tenir compte de la détérioration des relations entre la France et le Mali depuis quelques semaines, même si pour l'heure, ses proches et la mère de ses deux enfants Deborah AL Hawi al Masri veulent croire que les deux gouvernements travaillent main dans la main.

Publicité

Une confiance renforcée pour les proches d'Olivier Dubois par le fait que le groupe djihadiste qui le détient serait ouvert à la discussion. En attendant, ce 8 février devrait une nouvelle fois mobiliser autour du hashtag créé il y a maintenant 8 mois, celui de #freeolivierdubois