Deux habitantes de Pékin en équipement de protection et avec leurs bagages à proximité d'un quartier totalement confiné
Deux habitantes de Pékin en équipement de protection et avec leurs bagages à proximité d'un quartier totalement confiné
Deux habitantes de Pékin en équipement de protection et avec leurs bagages à proximité d'un quartier totalement confiné ©AFP - Noel Celis / AFP
Deux habitantes de Pékin en équipement de protection et avec leurs bagages à proximité d'un quartier totalement confiné ©AFP - Noel Celis / AFP
Deux habitantes de Pékin en équipement de protection et avec leurs bagages à proximité d'un quartier totalement confiné ©AFP - Noel Celis / AFP
Publicité
Résumé

A la veille d’un sommet mondial sur le Covid, les restrictions se lèvent un peu partout (comme en France, où le masque ne sera plus obligatoire dans les transports dès lundi prochain). Partout sauf en Chine, où la stratégie Zéro Covid confine à l’aveuglement.

En savoir plus

Jusqu’à présent, le patron de l’OMS (l’Organisation Mondiale de la Santé) Tedros Ghebreyesus avait bonne presse à Pékin.

Pour s’être montré plutôt indulgent sur la responsabilité chinoise initiale, au début de la pandémie.

Publicité

Et bien c’est fini. Au placard, Ghebreyesus.

Parce qu’hier soir, à Genève, le patron de l’OMS a publiquement critiqué la stratégie Zéro Covid de la Chine:

« Elle n’est pas soutenable,  il faut passer « à une stratégie différente ».

Dans les heures qui ont suivi, la vidéo de son intervention a été abondamment partagée sur les réseaux sociaux en Chine.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Ni une ni deux, ce matin, Pékin a réagi : censure totale. Impossible désormais de trouver le moindre article sur les réseaux Weibo ou WeChat, même le mot-clé #OMS a disparu. Et bien sûr silence total dans la presse officielle.

Relayer les propos de Ghebreyesus, ce serait admettre que le pouvoir chinois s’est trompé. Inconcevable. Puisqu’il a érigé le « Zéro Covid » en dogme.

Donc Pékin s’obstine dans sa stratégie. C’est le reflet d’une crainte sanitaire en partie fondée, vu la faible efficacité des vaccins chinois contre le variant Omicron.

C’est surtout le reflet d’une incapacité politique à se dédire.

Donc confinement radical maintenu : 400 millions de Chinois concernés. Dans 46 villes dont Shanghai ou Pékin. Et des mesures toujours plus strictes pour empêcher toute circulation dans les quartiers touchés.

Le risque d'une déflagration économique mondiale

Et l’effet en chaine, c’est le ralentissement de l’économie.

C’est mécanique. Un tiers du pays est à l’arrêt. En particulier des villes qui sont des poumons économiques.

Sur le port de Shanghai, il n’y a plus de place sur les quais : les conteneurs se sont accumulés.

La croissance pourrait être révisée à la baisse de 2 ou 3 points.

La consommation interne est plombée. Les ventes d’automobiles ont plongé de 36% en un an.

Le climat des affaires est mauvais : les PME se disent pessimistes en particulier dans le milieu des services.

Les exportations sont au plus bas depuis deux ans.

À lire aussi : La Chine face à l'échec de sa stratégie Zéro Covid

Ça c’est pour l’intérieur de la Chine. Mais quand l’usine du monde s’arrête de tourner, c’est toute la planète qui tousse.

Les chaines d’approvisionnement sont très ralenties, voire à sec pour de nombreux composants un peu partout dans le monde.

Les marchés financiers commencent à avoir des sueurs froides.

Les entreprises étrangères présentes en Chine révisent toutes leurs prévisions à la baisse.

Les pays occidentaux les plus dépendants de la Chine, comme l’Allemagne, voient l’inflation augmenter.

Et puis le retard accumulé dans les livraisons ne sera pas résorbé avant plusieurs mois. Et encore si tant est que le confinement s’arrête : ce n’est pas gagné.

L’impact économique du Zéro Covid chinois pourrait être plus fort encore que celui de la guerre en Ukraine, pourtant déjà considérable.

Un congrès du PC chinois plus compliqué que prévu

La question suivante est celle de l'effet boomerang: est-ce que tout ça ne peut pas revenir à la figure du pouvoir chinois ?

On n’en est pas là. Xi Jinping tient le pays : culte de la personnalité, système pyramidal, contrôle des promotions internes jusqu’au bureau politique du PC.

Censure des médias et des réseaux sociaux, on l’a dit.

Et pour relancer la consommation, le pouvoir commence à distribuer des coupons d’achat ou à promettre de baisser les taxes.

Mais cet entêtement absolu à maintenir la stratégie du Zéro Covid, quitte à boucler tout le pays, cet entêtement commence à irriter, surtout dans les grandes villes.

Il y a quelques jours, de grands universitaires ont critiqué le confinement. A Shanghai, les protestations sont fréquentes pour dénoncer les problèmes d’approvisionnement en nourriture.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

La légitimité du pouvoir tient beaucoup au sentiment des Chinois que le pays se développe, que l’on peut sortir de la pauvreté pour accéder aux classes moyennes. Donc si l’économie se dégrade, il y a danger.

Le XXème Congrès du parti, prévu en octobre, se présentait jusqu’à peu comme une simple formalité pour conforter le pouvoir absolu de Xi Jinping.

Ça ne sera peut-être pas si simple finalement.

Si l’obstination du Zéro Covid plonge le pays dans l’impasse économique, des voix dissidentes pourraient finir par s’exprimer, dans le secret opaque, les manoeuvres du comité central du PC.

Xi Jinping est engagé dans un pari jusqu’au boutiste. Et cet entêtement, ce refus du réel, peut se retourner contre lui.

Ça reste improbable. Mais le seul fait que ce soit possible est en soi un événement.

Références

L'équipe

Jean-Marc Four
Jean-Marc Four
Jean-Marc Four
Production