Des migrants récupérés par les gardes lbyens le 23 mai
Des migrants récupérés par les gardes lbyens le 23 mai
Des migrants récupérés par les gardes lbyens le 23 mai ©AFP - Hazem Turkia / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP
Des migrants récupérés par les gardes lbyens le 23 mai ©AFP - Hazem Turkia / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP
Des migrants récupérés par les gardes lbyens le 23 mai ©AFP - Hazem Turkia / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP
Publicité
Résumé

En ce jour où la tragédie de la tuerie au Texas (19 enfants tués) domine l’actualité, s'est produit un autre drame : 70 migrants portés disparus en Méditerranée. Évidemment, les deux événements n’ont rien à voir. Mais l’extrême visibilité du premier contraste avec l’invisibilité du second.

En savoir plus

C’était à l’aube, avant-hier matin : l’embarcation s’est élancée dans la nuit, depuis Zouara, en Libye, à quelques kilomètres de la frontière tunisienne.

A bord de ce canot pneumatique, une centaine de migrants. Originaires, selon les premiers témoignages, d’Afrique Sub-Saharienne et du Moyen-Orient.

Publicité

L’embarcation clandestine a pris la direction des côtes italiennes, éloignées d’à peine 300 km.

Mais le pneumatique a chaviré. Un peu plus au Nord, au large de Sfax en Tunisie. Les garde-côtes tunisiens ont réussi, hier, à secourir 24 personnes.

Il en manque plus de 70. Seulement 5 corps ont été repêchés. Les autres ne seront probablement jamais retrouvés. Des morts invisibles. A tous les sens du terme. Leur dépouille gît au fond des eaux.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

A l’approche de l’été, avec l’amélioration des conditions météo, il n’est quasiment plus un jour sans que des migrants clandestins tentent à nouveau leur chance, objectif l’Europe, depuis les camps de transit de Libye, où ils sont bloqués par milliers.

Et avec la crise alimentaire qui menace toute une partie de l’Afrique, le mouvement ne va pas ralentir.

Plusieurs naufrages ont été recensés depuis début mai. Celui d’hier est le plus meurtrier.

Plus meurtrier encore, c’est factuel, que l’épouvantable tuerie du Texas qui se produisait donc au même moment.

Des morts par milliers dont beaucoup d'enfants

Évidemment, c’est un peu déplacé de rapprocher, de comparer ces deux tragédies.

Comparaison n’est pas raison. Pas question de hiérarchiser ces deux tragédies. Et entendons-nous bien : des enfants assassinés dans une école comme au Texas, c’est une horreur.

Il s’agit plutôt de dresser un constat à plat : le drame du Texas est ultra visible, hyper médiatisé. Le drame de Méditerranée est quasi invisible, très peu traité dans les médias (même si on en parlait ici même dans le journal de 18h).

Alors pourquoi ? Examinons les explications possibles.

C’est plus lointain ? Non. C’est l’inverse. La Tunisie est notre voisine, moins de 1000 km des côtes françaises. Alors que 9000 km nous sépare de San Diego au Texas.

Il y a plus de morts ? Non plus. C’est assez comparable. Les armes à feu aux États-Unis comme les naufrages en Méditerranée font des milliers de morts chaque année. Déjà 700 morts ou disparus dans des naufrages de migrants depuis le début de cette année. Plus de 30.000 en 8 ans.

Oui mais aux Etats-Unis, vous allez me dire, ce sont des enfants ! Et l’horreur du Texas rappelle celle de l’école de Sandy Hook il y a 10 ans.

Mais dans les embarcations de migrants aussi, il y a des enfants.

Nos rétines se souviennent encore de l’image du corps du petit Aylan, en 2015, échoué sur une côte turque.

À lire aussi : Le corps d'Aylan

Il y a quelques jours, lors d’une opération de sauvetage effectué par le navire Ocean Viking, 6 femmes enceintes et un bébé de 3 mois ont été secourus.

Selon Amnesty International, au moins 1300 enfants ont péri en Méditerranée.

Reste enfin la barbarie du meurtre de sang-froid perpétré au Texas. Elle frappe les esprits. Et c’est une différence réelle : les morts en Méditerranée ne relèvent pas du meurtre de sang-froid.

Mais il y a, tout de même, non-assistance à personne en danger, puisque tout le monde en Europe sait que chaque jour ou presque des migrants vont prendre la mer.

Le grand déni européen

Autrement dit, nous persistons à ne pas vouloir regarder ce sujet en face.

C’est, en un sens, plus facile de se concentrer sur la barbarie de la société américaine, qui crée des tueurs d’enfants.

Plus facile et moins dérangeant que de se demander si, nous aussi, Européens, on ne fait pas preuve de barbarie aux accents de surcroit xénophobes et racistes.

En refusant de regarder ces frères humains qui se noient dans notre mer commune.

En refoulant les clandestins quand ils s’approchent de nos côtes : la Grèce l’a encore fait au début de cette semaine, 700 personnes refoulées.

En laissant aux bateaux des ONG, l’Ocean Viking ou le Sea Watch, faire le boulot d’aide humanitaire.

En transmettant la « patate chaude » des migrants à des pays tiers, la Libye, la Turquie, et maintenant même le Rwanda. Le choix de la sous-traitance.

4 min

Le pacte Asile et Immigration promis par l’Europe est toujours au point mort.

La présidence française de l’Union Européenne a certes créé un Conseil Schengen, mais elle n’a pas vraiment fait bouger les lignes.

Et la crise ukrainienne, avec ses 6 millions de réfugiés, a encore compliqué la donne.

Alors c’est vrai, les Etats-Unis ne se grandissent pas à refuser de trouver des solutions pour éradiquer ces épouvantables tueries de masse qui les caractérisent.

Mais dans un autre genre, les Européens ne se grandissent pas non plus à repousser sans cesse au lendemain toute stratégie pérenne sur l’immigration. Alors que des migrants continuent, chaque jour, de mourir à nos portes.

Références

L'équipe

Jean-Marc Four
Jean-Marc Four
Jean-Marc Four
Production