L'auteur, compositeur, interprète, humoriste et musicien, Henri Salvador en concert à Paris en mars 1982.
L'auteur, compositeur, interprète, humoriste et musicien, Henri Salvador en concert à Paris en mars 1982.
vidéo
L'auteur, compositeur, interprète, humoriste et musicien, Henri Salvador en concert à Paris en mars 1982. ©Getty - Bertrand LAFORET/Gamma-Rapho
Publicité
Résumé

Si on était d'une totale mauvaise foi, on se contenterait de garder d'Henri Salvador, le souvenir d'un rigolo qui a amusé la galerie avec des titres comme Zorro ou Juanita Banana! Il s'avère que derrière son rire éclatant et contagieux, il y avait aussi le chanteur, poète et conteur, brillant musicien issu du jazz..

avec :

Henri Salvador (Chanteur, compositeur et guitariste de jazz).

En savoir plus

A la fois poète et humoriste, souvent hilarant mais aussi expert pour nous tirer des larmes, le patrimoine musical imposant qu’il nous laisse regorge de trésors méconnus. Homme-Studio 1970-1975 nous replonge dans l’époque où il concevait des chansons pour petits et grands, isolé dans son appartement, avec son épouse et impresario Jacqueline, à la fois aux manettes et "Sur des mandolines", un des premiers titres surprenants à découvrir cette fabuleuse compilation.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Toute sa vie, Henri Salvador a pris le parti d’allier swing et bonne humeur et mettre son talent au service des chansons pour enfants. Pour son premier disque auto-produit, il s’attaque au Monument de Disney, Les Aristochats, titre pour lequel il est distingué par l’Académie de Charles Cros en 1971. Sous contrat avec Disney, il est tenu de composer des disques familiaux. Il imagine avec ses auteurs, des chansons sur Picsou, Atchoum ou Mickey à qui il rend hommage.

Publicité

Devenu l’idole des très jeunes au cours de sa carrière, Henri Salvador a gardé son âme d’enfant jusqu’à sa disparition, et en presque 70 ans de carrière, le showman aura su parler à toutes les générations.

Avec un millier de compositions couvrant tous les styles, il s’est approprié chaque courant, chaque mode, il en a même inventé d’autres, c’était un véritable homme-orchestre qui jouait de presque tous les instruments et pour cet album, le bien nommé : « Homme-Studio », il s’est frotté aux synthés, aux boîtes à rythmes, aux multipistes, aux collages de voix truquées, au montage, au mixage. Le voir comme l’éternel rigolo de service est bien réducteur, car derrière son rire légendaire, on pouvait admirer le talent d'un grand musicien et conteur, capable d’aborder tous les sujets même le racisme.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Entre rock et jazz portée par une langue imaginaire mêlant anglais et scat, Salvador parodie une réflexion qu’il connaît bien et critique la société française. On est plus chez nous ! fait partie de la magnifique collection de chansons qu’il a composé depuis son salon entre 1970 et 1975. Avec Jacqueline qui tenait les comptes et la clef du studio pour l’obliger à travailler, il ne sortait que pour préparer ses shows télé, en sifflant...

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Une subtile relecture d’un thème de Blanche-Neige pour vous motiver ! Siffler en télé-travaillant!?

Malheureusement, les belles chansons ne font pas une carrière extraordinaire. Ce sont des chansons qui existeront après ma mort.» avait déclaré Henri Salvador en 1969. 

Il avait raison.

Henri Salvador, Homme-Studio 1970-1975 disponible dès le 28 avril sur le label Born Bad