L'auteur-compositeur-interprète Renaud
L'auteur-compositeur-interprète Renaud
L'auteur-compositeur-interprète Renaud - Stephane De Bourgies
L'auteur-compositeur-interprète Renaud - Stephane De Bourgies
L'auteur-compositeur-interprète Renaud - Stephane De Bourgies
Publicité
Résumé

Renaud le plus fédérateur des « chanteurs énervants » fête ses 70 ans en reprenant son "panthéon" de la chanson française. Il publie "Métèque", un album de 13 reprises du répertoire. Hommage fragile aux interprètes et paroliers qui l'ont inspiré et construit.

En savoir plus

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

A l’écoute du « Métèque » de Georges Moustaki façon blues-rock où surnage la voix fatiguée de Renaud - malgré un passage de 60 à 15 clopes par jour / et 1 an et demi passé sans une goûte d’alcool - on se demande dans quelle galère il nous a embarqué ! Surtout quand il livre ses motivations pour cet album de reprises :

« Je m'ennuyais. Je n'avais pas d'inspiration pour un nouveau disque. Je me suis dit : 'C'est le moment' !» Dixit le champion du sabotage promotionnel !

Publicité

Fragiles bien sûr, ces 13 matrices de la chanson française par Renaud racontent néanmoins la généalogie de son oeuvre.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

« Ca va ça vient » de Bobby Lapointe rappelle d’où Renaud tire son écriture imagée et canaille - comme les bulles d’une bande-dessinée. Lui qui depuis des décennies construit une histoire politique, sensible, provocante et attachante de « l’Hexagone » raconte ici son histoire musicale.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Retour en 1972 à Avignon dans la chambre de bonne de Renaud ! Avec ses copains, il écoute en boucle « Je suis mort qui dit mieux » d’Higelin sur un électrophone pourri… Le verlan, l’argot, l’oralité auxquels Renaud « Laisse béton » a donné ses lettres de noblesses en chansons, remontent aussi à ça.

Et que révèle encore cette généalogie musicale ?

La filiation avec Brassens à qui Renaud avait déjà consacré un album entier de reprises, mais aussi avec Françoise Hardy et Charles Trenet, ou encore cet hymne désarmant chanté par Bourvil.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

A travers ses réinterprétations c’est aussi le Renaud d’aujourd’hui qui se raconte. Tout en imperfections assumées. Car « _Renaud appartient au club très fermé des artistes à qui les Français pardonnent tout » comme l’_analyse le chanteur Gauvain Sers. Tout oui, y compris et surtout cette fragilité dans laquelle "les Français" peuvent se retrouver.

Renaud fait donc son retour avec "Métèque" sorti ce vendredi 6 mai. Il fêtera ses 70 ans en musique demain soir sur France 2 entouré d'Axelle Red, Zaz et Gauvain Sers, entre autres !

Références

L'équipe

Mathilde Serrell
Production
Lucie Lemarchand
Collaboration
Théo Raizon
Réalisation