vidéo
La chanteuse, musicienne et actrice Oum Kalthoum devant le Sphinx, le 1er mars 1967, au Caire. ©AFP - UPI
Publicité
Résumé

La mythique chanteuse égyptienne aux lunettes noires et foulard de soie, celle que Maria Callas qualifiait de voix incomparable et que Charles De Gaulle appelait "La Dame", a changé la face de la musique orientale, inspirant des artistes sur plusieurs générations : focus sur Dalida, Natacha Atlas et Hindi Zahra.

En savoir plus

À l’occasion de l’ouverture de l’exposition "Les Divas du Monde Arabe d’Oum Kalthoum à Dalida" aujourd’hui à l’Institut du Monde Arabe, flashback sur Oum Kalthoum, qui, avant de devenir "l’Astre de l’Orient", la première star du peuple arabe, est une petite fille pauvre née en 1898 dans le Delta du Nil. 

Initiée au chant par son père imam, c’est déguisée en garçon qu’elle commence à chanter à 10 ans, sur les scènes d’une Égypte conservatrice. Elle impose rapidement sa voix et sa loi. Son répertoire est principalement consacré à l'amour, mais il aborde aussi la religion et la politique.

Publicité

Après la défaite de l’Egypte contre Israël en 1967, elle se produit pour la première et unique fois à Paris, à l’Olympia. Un concert dont les bénéfices sont reversés au gouvernement égyptien. Oum Kalthoum compose également pour son peuple, la chanson "Al Atlal" (les ruines) qui résonne tristement avec l’actualité.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Quand Oum Kalthoum donne son concert mensuel à la radio, les rues du Caire se vident pour ne pas manquer ce rendez-vous, elles se sont littéralement remplies lors de ses funérailles le 5 février 1975 réunissant trois millions de personnes dans un cortège d’1,5 km.

Les héritières de la légendaire chanteuse égyptienne sont nombreuses, la plus célèbre, également à l’honneur de l’exposition de l’Institut du Monde Arabe est la chanteuse et comédienne Dalida, comme Oum Kalthoum, inspirée par l’amour et sa terre natale, l’Egypte. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

"Oh ma douce" : Dalida dédie cette chanson en arabe à son pays. Une chanson devenue un classique dans les pays du Moyen-Orient et reprise encore aujourd'hui.

4 min

Oum Kalthoum a engendré d’autres étoiles en marge de l’exposition : Natacha Atlas, la chanteuse égypto-anglaise qui retrouve dans les mots chantés par Françoise Hardy en 1964, la mélancolie des grandes poésies d’amour arabes.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Natacha Atlas sort un nouvel album "The Inner, The Outer" prévu le 18 juin où se rencontrent chants orientaux et électro.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

La petite dernière est la nomade Hindi Zahra, Française née au Maroc, biberonnée à la transe d'Oum Kalthoum, elle rapproche l'Orient et l'Occident sur le plan musical.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Double victoire de la musique 2011 et 2016, Hindi Zahra crée des harmonies entre musiques berbères, jazz, reggae et rock and roll du bled. 

C’est notamment ce chant des possibles que la grande Oum Kalthoum a transmis à toutes ses héritières.

► Rendez-vous dès aujourd’hui à l’Institut du Monde Arabe pour découvrir l’exposition intitulée "D’Oum Kalthoum à Dalida" jusqu’au 26 septembre.