Carole Scotta, directrice de "Haut et court" ©Radio France - antoine LY
Carole Scotta, directrice de "Haut et court" ©Radio France - antoine LY
Carole Scotta, directrice de "Haut et court" ©Radio France - antoine LY
Publicité
Résumé

On rappelle que l’industrie du cinéma et des séries est l’une des plus polluantes. Par exemple, des études menées à Hollywood il y a quelques années, ont démontré que c’était le 2ème pollueur, derrière le pétrole. En France, elle produirait plus d’1 million de tonnes de CO2. Fort de ce constat, des producteur

En savoir plus

C’est le cas de la société de production « Haut et Court ». Sa fondatrice, Carole Scotta, a mis en place des mesures en ce sens. J’ai l’ai rencontré sur le tournage de « Normal », le prochain film de Benoit Poelvoorde. Ce jour-là, le réalisateur Olivier Babinet filmait une scène de course poursuite entre une voiture et une mobylette.

Dans le reportage, Olivier Babinet raconte une anecdote horrible sur des oiseaux mal traités. Mais il y a eu pire !

Publicité

Pour les besoins d’une scène de quelques secondes du film « Expandable 2 », avec Sylvester Stallone, on a tué plus de 22 000 chauves-souris dans une grotte en Bulgarie.

Mais demain, Mathieu, je vous emmène sur le tournage d’un film avec des chevaux qui eux sont extrêmement bien traités. 

Références

L'équipe