Publicité
Résumé

Le 1er mai cette année se fait sans manifestations ni rassemblements, est-ce pour autant la fin des revendications ? La crise a mis en exergue nombre d'inégalités. Les luttes sociales et syndicales pourraient être portées par un nouveau souffle.

avec :

Camille Peugny (Sociologue, professeur à l'Université Versailles-Saint-Quentin, spécialiste des inégalités sociales.), Caroline Fiat (Députée "La France Insoumise" de la sixième circonscription de Meurthe-et-Moselle; aide-soignante.), Yves Veyrier (Secrétaire général de FO).

En savoir plus

« Ce 1er mai 2020 ne ressemble à aucun autre » a déclaré ce matin le président de la République Emmanuel Macron. Beaucoup de travailleurs et de syndicats se réorganisent virtuellement, à défaut de pouvoir se rassembler. Les inquiétudes quant au monde d'après restent grandes.  

Les travailleurs précaires et vulnérables sont les plus sévèrement touchés par le virus. En Seine-Saint-Denis, le taux de mortalité atteint des records. Beaucoup d'entreprises et de commerces sont en grand danger. Les réformes engagées avant la crise semblent déjà obsolètes.

Publicité

Les luttes sociales vont-elles être portées par un nouveau souffle ? Comment cette crise va-t-elle influer sur les conditions de vie des plus précaires ? Le monde d'après, à quoi va-t-il ressembler ?

Références

L'équipe

Claire Servajean
Production
Olivia Ferrandi
Journaliste