Accès à la propriété : les banques serrent la vis sur les crédits ©Getty - jayk7
Accès à la propriété : les banques serrent la vis sur les crédits ©Getty - jayk7
Accès à la propriété : les banques serrent la vis sur les crédits ©Getty - jayk7
Publicité
Résumé

Les taux d'intérêt, exceptionnellement bas ces dernières années, ont permis à beaucoup d'entre vous d’accéder à la propriété. Aujourd'hui, rétropédalage : à compter de 2020, la vis va être resserrée pour ceux qui veulent acquérir un logement... Alors, qu'est-ce qui va changer ?

avec :

Maël Bernier (Porte-parole du courtier Meilleurtaux.com), Pierre Madec (économiste à l'OFCE.).

En savoir plus

Vous voulez acheter ? Vous avez été retoqué ? Ce n'est pas si étonnant : les conditions d’octroi des prêts immobiliers sont en train de se durcir. Pourtant, pendant des années, à la faveur de taux d'intérêt particulièrement bas, beaucoup de locataires ont opté pour la propriété - voire y ont été poussés. 

Cela représentait, en 2019, 260 milliards d'euros de prêt. Soit une hausse de 9,8% par rapport à l'année précédente. Le haut conseil à la stabilité financière et la Banque de France s'en sont alarmés. 

Publicité

Conséquence : le retour à des règles strictes, surtout pour les bas salaires... Les dépassements de taux d'emprunt au delà de 33%, c'est fini ou presque. L'endettement sur trente ans, aussi. Selon certains calculs, ces dispositions priveraient jusque 100 000 personnes d'accès à la propriété. Un chiffre que la Banque de France, elle, récuse. 

Est ce que les vannes étaient trop ouvertes ?

Est-ce que ça va devenir nettement plus difficile d'acheter sans apport ? Quelles conséquences pour vous, les emprunteurs ? 

Toutes vos questions et vos témoignages au standard de France Inter - 01 45 24 7000 -, sur l'application France Inter ou par e-mail à l'adresse telsonne@radiofrance.com

Références

L'équipe

Fabienne Sintès, de 18h à 20h avec "Un jour dans le monde" et "Le téléphone sonne".
Fabienne Sintès, de 18h à 20h avec "Un jour dans le monde" et "Le téléphone sonne".
Fabienne Sintes
Production