L’actrice Rose Mcgowan s’adresse à la presse aux côtés de Rosanna Arquette, Sarah Ann Masse et Lauren Sivan le jour du procès de Harvey Weinstein au palais de justice de Manhattan, 6 janvier 2020, New York ©Getty - VIEW press / Contributeur
L’actrice Rose Mcgowan s’adresse à la presse aux côtés de Rosanna Arquette, Sarah Ann Masse et Lauren Sivan le jour du procès de Harvey Weinstein au palais de justice de Manhattan, 6 janvier 2020, New York ©Getty - VIEW press / Contributeur
L’actrice Rose Mcgowan s’adresse à la presse aux côtés de Rosanna Arquette, Sarah Ann Masse et Lauren Sivan le jour du procès de Harvey Weinstein au palais de justice de Manhattan, 6 janvier 2020, New York ©Getty - VIEW press / Contributeur
Publicité
Résumé

De l’affaire Weinstein à Matzneff, ce soir, nous donnons la parole à celles qui ont pu briser les tabous sur les violences sexuelles. Et on se demande si être femme de pouvoir est la condition sine qua none pour être entendue…

avec :

Zoé Royaux (avocate pénaliste et porte-parole de la Fondation des Femmes), Françoise Brié (Directrice de la Fédération Nationale Solidarité Femmes (3919), membre du GREVIO (Groupe d'experts sur la lutte contre la violence à l'égard des femmes)).

En savoir plus

Il y avait eu le séisme Weinstein il y a plus de deux ans maintenant, qui avait libéré la parole sur les violences faites aux femmes dans le milieu du cinéma – onde de choc qui avait percuté le monde entier, ensuite, sous l’égide du hashtag #MeToo. Et son procès, ultra-médiatisé, qui s’ouvre cette semaine aux Etats-Unis. 

En France, plus récemment, on a entendu Adèle Haenel raconter les violences subies de la part du réalisateur Christophe Ruggia. Et ce mois-ci, la publication du récit de Vanessa Springora, Le Consentement, qui fait la lumière sur les agissements de l’écrivain Gabriel Matzneff envers de très jeunes filles.

Publicité

Ces femmes, elles ont été entendues. Elles ont été crues. Et en conséquence, les auteurs des violences à leur égard ont été fustigés, écartés de la sphère publique. Ruggia radié de la Société des Réalisateurs, Matzneff retiré des étagères de librairies, renié par Gallimard. Et la justice se saisit de leur récit, comme c’est le cas pour Adèle Haenel, sans même qu’elle ait déposé plainte.

Mais ces femmes, ce sont aussi des femmes de pouvoir, renommées dans leur milieu respectif. Des femmes puissantes, en somme. Adèle Haenel disait «  parler pour celles qui n’ont pas de voix »…

Alors oui, la parole s’est libérée. Mais est-elle aussi bien entendue pour toutes les femmes, quel que soit leur statut ? Toutes les femmes sont-elles sur un pied d’égalité lorsqu’elles témoignent de violences subies ? 

Toutes vos questions et vos témoignages au standard de France Inter - 0145247000 -, sur l'application France Inter et par e-mail à l'adresse telsonne@radiofrance.com

Références

L'équipe

Fabienne Sintès, de 18h à 20h avec "Un jour dans le monde" et "Le téléphone sonne".
Fabienne Sintès, de 18h à 20h avec "Un jour dans le monde" et "Le téléphone sonne".
Fabienne Sintes
Production
Fabienne Sintès, de 18h à 20h avec "Un jour dans le monde" et "Le téléphone sonne".
Fabienne Sintès, de 18h à 20h avec "Un jour dans le monde" et "Le téléphone sonne".