Gestion de la crise coronavirus : la surveillance numérique se généralise ?
Gestion de la crise coronavirus : la surveillance numérique se généralise ?  ©Getty - ninjaMonkeyStudio
Gestion de la crise coronavirus : la surveillance numérique se généralise ? ©Getty - ninjaMonkeyStudio
Gestion de la crise coronavirus : la surveillance numérique se généralise ? ©Getty - ninjaMonkeyStudio
Publicité

Pour endiguer la pandémie, beaucoup de pays mobilisent les Big Data dans le but de surveiller la population. Un usage abusif de ces outils peut cependant constituer une grave atteinte aux libertés individuelles.

Avec
  • Mari-Noëlle Jégo-Laveissière Directrice Générale Adjointe d'Orange
  • Gilles Babinet Entrepreneur, vice-président du conseil du numérique, conseiller de l'Institut Montaigne sur les questions numériques
  • Arthur Messaud Juriste pour la Quadrature du Net (association de défense des droits et libertés fondamentales à l'ère du numérique)

C'est notamment à travers un usage massif de la localisation des téléphones portables que la Corée du Sud a pu contrôler le virus sans recourir à un confinement national.  

La surveillance numérique, à travers les données générées par nos téléphones ou nos ordinateurs, peut constituer un outil de gestion de crise efficace. Dans plusieurs pays, des scientifiques et ingénieurs développent des applications dans ce sens.

Publicité

Les risques de dérive restent grands.

 Dans l'urgence, des dispositifs de surveillance généralisée de la population peuvent être mis en place, sans contrôle démocratique. Qu'en sera-t-il après la crise ?

A quel point le contrôle des données par les autorités peut-il porter atteinte aux libertés ? Comment cette surveillance peut-elle être régulée ? Le droit autorise-t-il ce genre de pratiques ?

Mais aussi : 

La question d'auditeur par Sara Ghibaudo

Le virus sur la carte ce soir en Suisse avec Jérémy Lanche

Les 3 minutes nécessaires pour se déconfiner par Julien Baldacchino

L'équipe

Fabienne Sintès, de 18h à 20h avec "Un jour dans le monde" et "Le téléphone sonne".
Fabienne Sintès, de 18h à 20h avec "Un jour dans le monde" et "Le téléphone sonne".
Fabienne Sintes
Production
Sara Ghibaudo
Journaliste