Mondial au Qatar : quel bilan tirer à mi-parcours ? Ici le stade Al-Janoub à Al-Wakrah
Mondial au Qatar : quel bilan tirer à mi-parcours ? Ici le stade Al-Janoub à Al-Wakrah ©AFP - FRANÇOIS-XAVIER MARIT
Mondial au Qatar : quel bilan tirer à mi-parcours ? Ici le stade Al-Janoub à Al-Wakrah ©AFP - FRANÇOIS-XAVIER MARIT
Mondial au Qatar : quel bilan tirer à mi-parcours ? Ici le stade Al-Janoub à Al-Wakrah ©AFP - FRANÇOIS-XAVIER MARIT
Publicité

A la moitié du Mondial de football au Qatar, que nous apprend cette coupe du monde 2022 ? Est-elle est aussi particulière que ce qu’ont laissé penser les débats qui nous ont secoués avant les premiers coups d’envoi ?

Avec
  • Nathalie Iannetta Directrice des Sports de Radio France
  • Jérôme Latta Co-fondateur et rédacteur en chef des Cahiers du football et auteur du blog Une balle dans le pied, hébergé par lemonde.fr.
  • Raphaël Le Magoariec, chercheur au sein de l’Équipe Monde Arabe et Méditerranée de l’université de Tours

On ne peut plus le nier, le sport n’est pas étanche à la politique. Entre les Allemands qui se sont caché la bouche pour protester contre l'interdiction de porter un brassard One Love, l’ex-première ministre danoise qui a porté des manches aux couleurs LGBTQ+, l’homme qui s’est introduit sur le terrain pendant le match Portugal-Uruguay avec un drapeau arc en ciel, les gestes en faveur des droits LGBTQ+ se multiplient au Qatar.

Cependant, l’indignation causée en Europe par l'organisation du Mondial au Qatar est loin de s’étendre au monde entier. La twittosphère arabe se moque même de ces gestes, jugés hypocrites venant des Occidentaux. Certains s'étonnent par exemple que les mêmes critiques n’aient pas émergé lors du Mondial en Russie malgré l’annexion de la Crimée et l’oppression de la communauté LGBTQ+.

Publicité

Et puis, les Iraniens ont refusé de chanter leur hymne, l'Arabie Saoudite a battu l'argentine lors de son premier match au Qatar, son ex-ennemi juré et les drapeaux palestiniens dans les tribunes sont nombreux. Le sport est donc non seulement politique, mais aussi éminemment géopolitique.

  • A-t-on déjà vu une coupe du Monde aussi politique et géopolitique ?
  • Est-ce que le Qatar y a déjà gagné quelque chose ?
  • Les appels au boycott ont-ils été entendus ? Que disent les audiences ?
  • Avec la qualification du Maroc et du Sénégal et l'élimination de la Belgique, et peut-être celle de l'Allemagne, le centre de gravité du football mondial est-il en train de changer ?

Avec nous pour en parler ce soir :

Nathalie Iannetta, cheffe du service des sports de Radio France
Jérôme Latta, rédacteur en chef des Cahiers du football
Raphaël Le Magoariec, expert de la géopolitique du sport dans le Golfe et chercheur à l’université de Tours

Mais aussi, toutes vos questions et témoignages au 01 45 24 70 00, par e-mail à l’adresse  telsonne@radiofrance.com et sur l’appli France inter.

L'équipe