France Inter
France Inter
Publicité
Résumé

A quelques mois de l’élection présidentielle, trois des candidats les plus présents dans les sondages peinent encore à récolter les 500 signatures d’élus nécessaires pour participer à la course présidentielle.

avec :

Antoine Bristielle (chercheur en science politique, directeur de l’observatoire de l’opinion de la fondation Jean Jaurès), Yvan Lubraneski (Maire des Molières, président des maires ruraux de l’Essonne), Yaël Goosz (Journaliste).

En savoir plus

Pour Marine Le Pen, les candidats à la présidentielle « galèrent » à obtenir les 500 signatures requises pour rendre officielle leur candidature. Éric Zemmour et Jean-Luc Mélenchon, se retrouvant dans la même situation, décrient, comme elle, le système actuel de parrainages. Depuis 2016 en effet, la loi de 1976 exigeant à tout candidat 500 parrainages d’élus locaux, a été modifiée, rendant publique la liste d’élus parrainant un candidat. 

Aujourd’hui, seuls 34% des élus décident de parrainer un candidat, sur 42 000 maires, conseillers départementaux et régionaux, députés et sénateurs. En 2017, ils étaient 14 296 contre 17 815 en 2002. 

Publicité

La réticence des élus à parrainer un candidat vient-elle du caractère public de ce soutien ? Faut-il donc tenter de rétablir l’anonymat avant les élections, ou inciter les élus à parrainer plus ? Faudrait-il tout simplement abolir ce système, qui ne semble pas refléter les réalités électorales, ou remplacer ce système par un parrainage citoyen ? 

Avec nous pour en parler ce soir :

  • Yvan Lubraneski, maire des Molières et vice-président des maires ruraux (Essonne)
  • Antoine Bristielle, directeur de l’Observatoire de l’opinion de la Fondation Jean-Jaurès, professeur agrégé de sciences sociales, chercheur à Sciences Po Grenoble
  • Yaël Goosz, chef du service politique de France Inter
Références

L'équipe

Irène Ménahem
Collaboration
Marie-Claude Pinson
Coordination
Nathalie Poitevin
Collaboration
Fabrice Laigle
Réalisation
Amélie Stadelmann
Collaboration