Squid game : pourquoi une telle fascination pour la série coréenne ?
Squid game : pourquoi une telle fascination pour la série coréenne ? - Netflix
Squid game : pourquoi une telle fascination pour la série coréenne ? - Netflix
Squid game : pourquoi une telle fascination pour la série coréenne ? - Netflix
Publicité

Squid Game, série sud-coréenne, est un véritable succès depuis sa sortie en septembre sur Netflix. Une dystopie qui met scène des individus socialement déclassés, en lutte pour une vie meilleure dans un jeu aux règles cruelles. Pourquoi une telle fascination pour cette série ?

Avec
  • Renan Cros Professeur de cinéma à l’ESEC. Il présente Le Cercle Séries sur Canal +
  • Marianne Chaillan Professeure de philosophie en lycée à Marseille et écrivaine d’essais de « pop philosophie »

La série "Squid Game", ou " jeu du calamar " en français, est le dernier succès de la plateforme Netflix. Une série qui met en scène des individus endettés, qui acceptent de participer à un jeu à l’issue mortelle, sauf pour le gagnant qui remportera 45.6 milliards de wons, l’équivalent de 33 millions d’euros. 

Cette série offre une critique sociale acerbe du modèle capitaliste, un thème récurrent de la culture sud-coréenne qui s’exporte. On peut citer le film Parasite du réalisateur Bong Joon Ho, quatre fois oscarisés et palmes d’or à Cannes, ou bien les chansons du chanteur Psy, telles que Gangnam Style. Squid Game reprend cette thématique de la lutte des classes. 

Publicité

Quelles sont les raisons du succès de Squid Game ? 

Une série qui donne matière à réflexion ou un pur produit cynique et violent ?

Pour en parler autours de Fabienne Sintes : 

  • Renan Cros, professeur de cinéma à l'ESSEC 
  • Marianne Chaillan, professeure de philosophie, spécialisée de pop culture

L'équipe

Fabienne Sintès, de 18h à 20h avec "Un jour dans le monde" et "Le téléphone sonne".
Fabienne Sintès, de 18h à 20h avec "Un jour dans le monde" et "Le téléphone sonne".
Fabienne Sintes
Production
Marie-Claude Pinson
Coordination
Tristan Gratalon
Réalisation
Nathalie Poitevin
Collaboration
Amélie Stadelmann
Collaboration