Publicité
Résumé

Mode de garde des tout-petits préféré des Français, les crèches, publiques comme privées, semblent plongées dans un malaise. Trop de bébés, pas assez de personnel : le ressenti des professionnels est quasi unanime, et il remet en question la dimension humaine du métier.

En savoir plus

Le 22 juin dernier, la mort d’une fillette de 11 mois jetait la lumière sur le malaise dans les établissements d’accueil du jeune enfant.

A l’instar des Ephad et de l’hôpital public, les crèches sont confrontées, elles aussi, à une logique de rentabilité. Sous-effectif constant, manque de personnel qualifié, infrastructures datées, sentiment de maltraitance reviennent avec récurrence dans les témoignages des assistants d’éducation.

Publicité

Le travail à la chaîne dénoncé et les burn out en série, entrainent une pénurie de personnel qualifié alors que la demande de place en crèche ne cesse d’augmenter. A chaque rentrée, de nombreux parents peinent à inscrire leur enfant, à cause de ce manque de professionnels.

  • Comment rendre ces métiers à nouveau attractifs ?
  • Comment repenser le service public de la petite enfance ?
  • Les parents peuvent-ils encore se sentir en confiance ?

Avec nous pour en parler ce soir :

Elisabeth Laithier, Présidente du comité de filière Petite enfance

Fanny Schosseler, Vice-présidente du Regroupement d’entreprises de Micro-crèches (REMi)

Julie Marty Pichon, Educatrice de jeunes enfants, représentante du collectif Pas de bébés à la consigne

Mais aussi, toutes vos questions et vos témoignages au standard de Radio France - 01 45 24 70 00 -, sur l'application France Inter et par e-mail à l'adresse telsonne@radiofrance.com.

Références

L'équipe

Marie-Claude Pinson
Coordination
Tristan Gratalon
Réalisation
Amélie Stadelmann
Collaboration
Nathalie Poitevin
Collaboration