Comment mieux combattre le cancer du sein ?
Comment mieux combattre le cancer du sein ?
Comment mieux combattre le cancer du sein ?  ©Getty - CactuSoup
Comment mieux combattre le cancer du sein ? ©Getty - CactuSoup
Comment mieux combattre le cancer du sein ? ©Getty - CactuSoup
Publicité
Résumé

A l’occasion du mois d’Octobre Rose, le « Téléphone Sonne » se penche sur le cancer du sein. En France, près de 59 000 cas étaient diagnostiqués l’an dernier. Comment mieux le prévenir, mieux le diagnostiquer ?

avec :

Catherine Uzan (Gynécologue obstétricienne, Chef de service à l’Unité de chirurgie et cancérologie gynécologique et mammaire de l’Hôpital de la Pitié Salpêtrière), Isabelle Thomassin-Naggara (Radiologue, vice présidente de la société d’imagerie de la femme (SIFEM) et responsable de l’unité de sénologie de l’hôpital Tenon AP-HP), Laure Guéroult-Accolas (Fondatrice de l’association « Patients en réseau » et du site et de l’application « Mon réseau cancer du sein »).

En savoir plus

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent et le plus mortel parmi les femmes, en France. L’année dernière, cela représentait plus de 12 000 décès, soit un quart des cas diagnostiqués. 

Pour lutter contre la maladie, le dépistage gratuit existe pour les femmes entre 50 et 74 ans. Parmi les femmes concernées, une sur deux seulement y participe.

Publicité

Pourtant, on sait qu’un diagnostic rapide est la clé pour améliorer les chances de guérison des malades. Cinq ans après, 99% sont toujours en vie si le cancer a été découvert à un stade précoce. 

Nombre de cancers du sein seraient aussi évitables en s’intéressant aux facteurs de risque – prédisposition héréditaire, surpoids, consommation de tabac ou d’alcool…

Ce soir, il s’agit avant tout de parler de ce qu’il se passe en amont, concernant le dépistage, la prévention et le diagnostic du cancer du sein. 

Quelles sont les causes de la maladie ? Quels signes doivent alerter ? Comment pratiquer l’auto-palpation ? Comment et quand doit-on se faire dépister ? Peut-on perfectionner les mécanismes de dépistage ? Faudrait-il l’étendre à d’autres tranches d’âge ?

Avec nous pour en parler, ce soir : 

  • Professeure Catherine Uzan, gynécologue obstétricienne, cheffe du service de chirurgie et cancérologie gynécologique et mammaire de l’hôpital de la Pitié Salpêtrière à Paris.
  • Professeure Isabelle Thomassin-Naggara, radiologue, responsable de l’unité de sénologie de l’hôpital Tenon à Paris. Vice-présidente de la société d’imagerie de la femme (SIFEM)
  • Laure Guéroult Accolas, fondatrice de l’association « Patients en réseau » et de l’application « Mon réseau cancer du sein »

Toutes vos questions et vos témoignages au standard de France Inter – 0145247000 – et par mail à l’adresse telsonne@radiofrance.com 

Références

L'équipe

Claire Servajean
Production