Statue de Lénine à Baïkonour au Kazakhstan 1992 ©Getty - Sven Creutzmann / Mambo Photo
Statue de Lénine à Baïkonour au Kazakhstan 1992 ©Getty - Sven Creutzmann / Mambo Photo
Statue de Lénine à Baïkonour au Kazakhstan 1992 ©Getty - Sven Creutzmann / Mambo Photo
Publicité
Résumé

Un étrange personnage, bricoleur de vaisseaux spatiaux considéré comme l'ancêtre des satellites soviétiques, Konstantin Tsiolkovski, assurait que, si la Terre était le berceau de l'humanité, les étoiles existaient pour que l'homme s'y installe. Cet homme était aussi destiné à vivre éternellement.

En savoir plus

-On connait les livres de Michel Eltchaninoff, rédacteur en chef de Philosophie magazine. Il aime pénétrer dans la tête des autres. Il a même publié "Dans la tête de Marine Le Pen". Que trouve-t-il dans celle de Jeff Bezos et d’Elon Musk ?

Eh bien, ce qu'ils en disent eux-mêmes. Le transhumanisme tout armé.

Publicité

Quand vous roulez en Tesla, sachez qu'Elon Musk songe à des implants dans le système nerveux qui mèneraient l'intelligence artificielle au fonctionnement de notre cerveau. Et quand vous achetez... un livre de Michel Eltchaninoff chez Amazon que Jeff Bezos investit dans des recherches sur le retardement du vieillissement.

Après notre congélation au lendemain de notre mort et notre réactivation ensuite ou simplement parce que nous vivrons plus longtemps, il n'y aura plus de place. Aussi ces messieurs du transhumanisme nous préparent-ils des fusées pour coloniser les astres... C’est d'une logique imparable.

-Le transhumanisme est un produit typique de l'école libertarienne telle qu'elle s'incarne bien aux États-Unis à destination des plus libres, des plus intelligents.

Mais Michel Eltchaninoff, venons en a son nouveau livre, "Lénine a marché sur la lune", entre dans la tête d'une série de Russes qui ont développé une autre utopie comparable : le cosmisme.

D'abord il faut considérer que la Russie, c'est un pays immense, un paysage sans fin : on s'y déplace un peu comme un cosmonaute dans l'espace, c’est ce que soutient Eltchaninoff. La plaine est parsemée d'églises orthodoxes qu'on aperçoit de loin et qui, de près, sont construites sur le même modèle : les quatre murs signifient la terre, la coupole renvoie au cosmos.

Pas étonnant que tant de Russes se soient portés vers l'espace. Ainsi un étrange personnage, bricoleur de vaisseaux spatiaux considéré comme l'ancêtre des satellites soviétiques. Il se nommait Konstantin Tsiolkovski (1867-1935). Eltchaninoff qui a écrit aussi "Dans la tête de Poutine" ne manque pas de signaler le respect que lui manifeste le président russe, au point de lui donner le nom de la station de lancement qui va remplacer Baïkonour.

Tsiolkovski assurait que, si la Terre était le berceau de l'humanité, l'humanité ne pouvait y rester pour toujours, les étoiles n'existaient pas pour être contemplées mais pour que l'homme s'y installe.

Tsiolkovski pensait évidemment que cet homme appelé à peupler le cosmos tout entier était aussi destiné à vivre éternellement.

On pense aussitôt à Lénine que ses successeurs ont momifié pour préparer, qui sait, sa... résurrection. Le prolongement de la vie semble avoir préoccupé pas mal d'idéologues de la jeune URSS. Ainsi Bogdanov qui prôna la transfusion sanguine pour apporter la jeunesse, jusqu' à ce qu’un échange malheureux avec un jeune étudiant l'envoie de vie à trépas en 1928.

Trotski qui était un esprit rationnel vitupérait contre autant d'irrationalité mais à la réflexion, les bolcheviks cherchant l'homme nouveau, il n'était pas étonnant qu’ils poussent les feux jusqu'aux extrêmes. Et puis, dirait Poutine, il y a dans la Russie une force vitale supérieure à celle des autres pays

-Une force vitale qu'on retrouve dans un courant, né dans le même entrechoquement d'idées autour de 1900 que le bolchevisme, et qu'on nomme cosmisme. Nous y voilà.

Un vieux bonhomme l'incarne : Nikola Fiodorov (1829-1935). C'est un peu l'équivalent d'un starets dans un monastère, le sage qu'on vient visiter de loin. Mais lui dirigeait une bibliothèque publique. S'il conservait les livres du passé, il ne gardait rien de son argent, il vivait dans une cellule austère et enseignait que tous les morts qui nous entourent pourront ressusciter si nous constituons une union des fils qui relèveront les pères de leurs tombes.

Toujours ce thème de la résurrection qui hante aujourd'hui les transhumanistes.

-Oui mais on voit mal comment peut s'établir le lien entre le vieux barbu de la bibliothèque et les jeunes gens qui commencent à devenir vieux de la Silicon Valley.

L’histoire des idées, ce n'est pas un fil linéaire. Des causes qui ne sont pas comparables peuvent provoquer des cristallisations d'idées qui le sont.

Sous le marxisme-léninisme officiel en Russie les sectes, le chamanisme, l’occultisme ont curieusement survécu comme l'eau courante sous une couche de gel.

Et la figure de Fiodorov a pu ressurgir comme intacte.

Quelle connaissance en a-t-on chez les transhumanistes américains ? Eltchaninoff se livre là-dessus à des conjectures.

Ce qui compte c'est la coïncidence des espérances dans deux mondes qui se veulent exceptionnels, le russe et le californien. Et aussi le contenu de ces espérances.

Homme associé à l’ordinateur en Californie, l'homme appuyé à Dieu dans la vieille Russie, c'est la même quête de la vie éternelle.

Ouvrage : Michel Eltchaninoff Lénine a marché sur la lune. La folle histoire des cosmistes et transhumanistes russes Solin / Actes Sud