Herero en tenue d'apparat lors d'une commémoration du génocide des Herero et des Nama en Namibie en octobre 2015 ©Getty - picture alliance
Herero en tenue d'apparat lors d'une commémoration du génocide des Herero et des Nama en Namibie en octobre 2015 ©Getty - picture alliance
Herero en tenue d'apparat lors d'une commémoration du génocide des Herero et des Nama en Namibie en octobre 2015 ©Getty - picture alliance
Publicité
Résumé

L'Allemagne s'essaya tardivement à la colonisation dans de nombreux points d'Afrique. Dans le vaste espace qu'elle désignait du nom de Sud-Ouest africain, elle jouait les Herero contre les Nama et inversement. En 1904, un vaste soulèvement permit au général von Trotha d'appliquer un programme sans appel...

En savoir plus

- Deux pays européens ont posé un geste important en Afrique. Le président français s'est rendu au Rwanda pour tenir un discours de vérité, a-t-il dit, sur les antécédents du génocide des Tutsis. Le président allemand a annoncé sa visite au Parlement de Namibie : l'Allemagne reconnaît clairement sa responsabilité dans le génocide des Herero et des Nama en 1904-1907.

Il faut rappeler que le mot de génocide a été conçu pendant la Deuxième guerre par Raphael Lemkin un juriste polonais contraint de fuir son pays. Génocide, de "genos" (_"_peuple", "groupe") et de "occidere" ("tuer"). Au moment où il offre au monde ce nouveau concept juridique, Lemkin pense évidemment aux Juifs. S'il renonce à utiliser le mot allemand "völkermord", c'est que l'allemand est la langue de ceux qui annihilent les Juifs.

Publicité

Ce qui identifie ce crime des crimes, c'est l'intention, le plan coordonné mis en œuvre. Si toutes les portes de sortie sont fermées au groupe destiné à la disparition, il y a suspicion de génocide.

- Dans l'esprit des institutions qui commencent à utiliser le mot, le génocide doit disparaître du futur.

En effet. Plus jamais cela.

En décembre 1948, l'Assemblée générale de l'ONU réunie à Paris vote la convention pour la prévention et la punition du crime de génocide.

Elle n'a empêché ni le génocide du Cambodge ni celui du Rwanda.

- Au moins le mot peut-il éclairer le passé.

Lemkin lui-même penchait pour l'employer à propos des grands renversements démographiques que voulaient provoquer les nazis en Europe quand ils mettaient plusieurs peuples en esclavage. Ou bien à propos de la grande famine d'Ukraine orchestrée par Staline en 1933.

Les Arméniens se sont approprié le mot qui leur manquait pour signifier ce qui leur est advenu en 1915.

Et les Herero et les Nama pour rappeler leur sort un peu plus tôt en 1904-1907. L'Allemagne s'essayait tardivement, depuis Bismarck, à la colonisation dans de nombreux points d'Afrique -au Rwanda par exemple. Dans le vaste espace qu'elle désignait du nom de Sud-Ouest africain, elle jouait les Herero contre les Nama et inversement. Rien que de très classique. Jusqu'à ce qu'en 1904, un vaste soulèvement des Herero dépossédés permette au général von Trotha d'appliquer un programme sans appel. Le territoire allemand étant appelé à être une colonie de peuplement blanc, tout Herero qui y est découvert, armé ou désarmé, avec bétail ou sans bétail, sera abattu. "Je n'accepte ni femme ni enfant", ajoute le général.

Dans l'hypothèse où des individus échapperaient, ils seront expédiés dans le désert de Kalahari, dont les puits auront été préalablement empoisonnés.

Dans l'hypothèse où il en survivrait encore, des camps de concentration les regrouperaient. Les détenus y seront marqués des lettres GH, pour Herero capturé. Les Namas suivront, d'ailleurs. A bien des égards, ces camps annoncent "Nuit et brouillard". 

Sauf que l'Allemagne de Guillaume II n'est pas celle de Hitler. Au Parlement, dans les églises, dans les journaux, beaucoup de voix s'élèvent contre ce völkermord, cette extermination qui n'a pas encore pris le nom de génocide.

- Une ministre allemande a prononcé le mot en 2004, le ministre des Affaires étrangères en 2015 et le président se rendra en Namibie à la fin de l'année pour une nouvelle étape de la  réconciliation.

Elle passe par des restitutions. Celle des crânes des morts notamment que les Allemands collectaient et qu'ils faisaient nettoyer à la brosse par les femmes détenues des camps pour les envoyer ensuite à leurs laboratoires "scientifiques" qui s'en servaient pour leur sport favori, la classification et la hiérarchisation des races.

L'Allemagne accentuera son programme d'aide à la Namibie. Mais attention, si l'Allemagne veut bien endosser une fois encore un génocide elle prend bien soin de ne pas utiliser le mot indemnisation. Elle ne veut pas faire le lit d'un autre concept qui pourrait se généraliser dans le droit international.

Il y a bien évidemment là un nouveau débat appelé à s'élargir.

Cette photo d'archive prise pendant la guerre de 1904-1908, de l'Allemagne contre Herero et Nama en Namibie; montre un soldat (à droite) appartenant probablement aux troupes allemandes supervisant les prisonniers de guerre namibiens.
Cette photo d'archive prise pendant la guerre de 1904-1908, de l'Allemagne contre Herero et Nama en Namibie; montre un soldat (à droite) appartenant probablement aux troupes allemandes supervisant les prisonniers de guerre namibiens.
© AFP - NATIONAL ARCHIVES OF NAMIBIA
Références

L'équipe

Jean Lebrun
Production