Le pasteur Jean-Claude Deroche, l'imam Yahya Lakal, le rabbin David Messas et l'évêque Daniel Labille lors d'une cérémonie œcuménique en 2005 ©Getty - Thomas SAMSON
Le pasteur Jean-Claude Deroche, l'imam Yahya Lakal, le rabbin David Messas et l'évêque Daniel Labille lors d'une cérémonie œcuménique en 2005 ©Getty - Thomas SAMSON
Le pasteur Jean-Claude Deroche, l'imam Yahya Lakal, le rabbin David Messas et l'évêque Daniel Labille lors d'une cérémonie œcuménique en 2005 ©Getty - Thomas SAMSON
Publicité
Résumé

Depuis 2013, nous avions une structure interministérielle composée de parlementaires, de représentants des familles spirituelles, d'experts, l'Observatoire de la laïcité, chargé notamment de proposer des formations à qui en demande dans le secteur public. Est annoncé la création d'un nouveau Comité de la laïcité.

En savoir plus

-La laïcité est un principe fécond, à en croire du moins le nombre de structures qu'elle fait surgir au sommet de l'état.

Depuis 2013, nous avions une structure interministérielle composée de parlementaires, de représentants des familles spirituelles, d'experts, l'Observatoire de la laïcité, chargé notamment de proposer des formations à qui en demande dans le secteur public. L'Observatoire, accusé de complaisance, a été touché, coulé mais il ne sombre pas puisqu'il va renaître sous forme de "vigie" associative dans les jours prochains. Depuis 2018, le ministère de l’Éducation nationale avait constitué, face à lui, son Conseil des sages de la laïcité, chargé notamment de proposer des guides des bonnes pratiques à qui en demande dans les établissements d'enseignement. On ne sait ce qu'il adviendra de lui une fois que sera installé le nouveau Comité de la laïcité dont la création vient d'être annoncée et qui sera, comme feu l'Observatoire, une structure interministérielle, composée - on l'imagine du moins- de parlementaires, de représentants des familles spirituelles et d'experts ou considérés tels.

Publicité

-Pourtant nous avions un Bureau des Cultes.

L'hebdomadaire "La Vie" vient de lui consacrer une intéressante enquête sous la signature de Félicité de Maupeou.

Le Bureau des Cultes c'est place Beauvau au ministère de l'intérieur un tout petit objet qui fait de grandes choses.

Il est né en 1911 juste après les secousses de la Séparation et leurs longues répliques. Peu à peu, décisions des tribunaux administratifs après décisions des tribunaux administratifs, arrêts du Conseil d'Etat après arrêts du Conseil d'Etat, la jurisprudence de l'exercice des cultes s'est constituée. Le Bureau des Cultes l'a enregistrée, mise en ordre. 

Imaginez que vous soyez responsable d'une église et que vous vienne l'idée -dangereuse- d'organiser une procession en l'honneur des martyrs catholiques de la Commune à l'heure du défilé du Mur des Fédérés, le Bureau des Cultes pourrait vous donner des conseils de prudence : il est là pour protéger mais encadrer aussi l'exercice des cultes. 

Vous êtes élu, vous avez le désir -raisonnable- d'ouvrir un carré musulman dans votre cimetière, vous téléphonez au Bureau des Cultes. 

Membre un moment de la direction de France Culture, j'ai eu à superviser le recrutement du producteur de l'émission dédiée aux chrétiens d'Orient. Le Bureau des Cultes m'a expliqué que l 'expression des cultes à la radio est un acquis juridique et qu'il n'est pas question de le remettre en cause sauf à changer la loi. Et il m'a aidé à retrouver l'attache de la douzaine de micro-communautés qu'il fallait consulter pour trouver un nom qui ne mette pas le feu aux poudres. Le Bureau des Cultes, c'est un annuaire qui répond aux coups de téléphone.

-Vu le climat actuel, on imagine qu'il y en a de plus en plus. Les effectifs du Bureau des Cultes ont dû être renforcés ?

L'administration dans sa munificence a créé au sein du Bureau une cellule Islam et, selon "La Vie", a porté l'effectif des fonctionnaires à... 10. Rappelons qu'il y a bien une douzaine de membres, bénévoles il est vrai, dans chacune des instances créées de toutes pièces dans les dernières années et que j'ai citées précédemment.

Or le bureau dispose d'atouts que n'ont pas ces superstructures. Et d'abord une bibliothèque composée non pas des déclarations sur les valeurs de la République de M. Sarkozy, Valls ou de Madame Schiappa mais de recueils juridiques. La laïcité, c'est d'abord un droit complexe plein de finesses qu'ignorent les déclarations à l'emporte-pièce. Le Bureau c'est aussi une expérience : "La Vie" note que c'est une de ces administrations dont les chefs gardent la mémoire des autres chefs qui les ont précédés. Le président de la Fédération protestante dit même qu'on s'y intéresse au fait religieux en lui-même et celui du Conseil français du Culte musulman qu'on y connait vraiment l'Islam.

Espérons que cela sera aussi le cas des membres du futur Comité de la laïcité. Il sera officiellement présidé par le Premier ministre mais c'est place Beauvau, au ministère de l'intérieur que sera installé son secrétariat général qui, à l'évidence, dépendra étroitement de la conjoncture politique du moment. Qu'adviendra-t-il du Bureau des Cultes qui, à feu doux, assurait une tradition de sérieux administratif ?

Le bien ne faisait pas de bruit, le bruit ne fait pas de bien.

Références

L'équipe

Jean Lebrun
Production