Une fresque sur la presqu'île de Caen représente Orelsan le rappeur originaire de la ville - Romain Desclos
Une fresque sur la presqu'île de Caen représente Orelsan le rappeur originaire de la ville - Romain Desclos
Une fresque sur la presqu'île de Caen représente Orelsan le rappeur originaire de la ville - Romain Desclos
Publicité
Résumé

Il est l'un des artistes les plus nommés aux prochaines Victoires de la Musique, l'un des artistes les plus écoutés en France en 2021 et désormais l'un des meilleurs ambassadeurs de sa ville. France Inter a passé une journée sur les pas d'Orelsan à Caen en Normandie.

En savoir plus

Son dernier album Civilisation fait un carton, avec plus de 330 000 albums vendus. Il est l'un des artistes les plus écoutés en France en 2021, l'un des favoris aux prochaines Victoires de la Musique avec quatre nominations et on peut le dire désormais : le Caennais le plus connu de France. Le rappeur Orelsan fait d'ailleurs la fierté de cette ville normande : une commune de 106 000 habitants dont il est devenu le meilleur ambassadeur, en la racontant dans ses morceaux.

Romain Desclos est guide-conférencier à Caen depuis une dizaine d'années. En 2021, il lance une nouvelle visite. Le principe : faire découvrir l'histoire de la ville à travers celle de l'artiste. "Le but c'était de sortir des clichés qui collent à la peau de Caen, comme Guillaume le Conquérant ou les bombardements de 1944, et de montrer que Caen c'est aussi une ville dynamique et que l'histoire continue de s'écrire aujourd'hui. Derrière un personnage comme Orelsan, on peut évoquer plein de choses".

Publicité
Romain Desclos guide-conférencier à Caen propose des visites guidées de la ville à travers l'histoire du rappeur Orelsan
Romain Desclos guide-conférencier à Caen propose des visites guidées de la ville à travers l'histoire du rappeur Orelsan
© Radio France - Hajera Mohammad

En plus des traditionnels arrêts devant le château de Caen, autour du port ou au Mémorial, le guide emmène ses clients découvrir les bars favoris de l'artiste, l'hôtel des Quatrans où Orelsan a travaillé comme veilleur de nuit quand il était étudiant, ou encore la boutique Saint James qui vend des habits de la marque créée par l'artiste.

Ces visites, qui surfent sur le succès d'Orelsan, ont permis à Romain Desclos de retrouver une nouvelle clientèle après la disparition des touristes étrangers et la chute de son chiffre d'affaires au début de la crise sanitaire. Surtout une clientèle plus jeune. "Une famille de la région parisienne est venue à Caen parce que les ados étaient fan d'Orelsan et ils voulaient vraiment découvrir sa ville, s'en imprégner, c'est génial".  

Premier arrêt de cette visite : le kebab Magic Beau Gosse et sa fameuse sauce magique popularisée dans le dernier album d'Orelsan dans son morceau C'est du propre. Les patrons du restaurant ne s'attendaient pas à cette "dédicace" ni à la folie qui a suivi : les clients affluent, viennent se prendre en selfie devant l'établissement et postent les photos sur Instagram.

Le kebab du Magic Beau Gosse et sa "sauce magique" popularisées dans le dernier album d'Orelsan
Le kebab du Magic Beau Gosse et sa "sauce magique" popularisées dans le dernier album d'Orelsan
© Radio France - Hajera Mohammad

"On voit des gens venir de Belgique, de Marseille. Là, tout à l'heure, une dame âgée m'a appelé, elle m'a dit 'on vous a vus à la télé et on aimerait savoir où vous êtes à Caen parce qu'on est pas de la région et on voudrait venir manger chez vous", raconte Ahmad Pourmand, l'un des gérants. "On ne le remerciera jamais assez", répète-t-il en faisant référence au rappeur.

Le Magic Beau Gosse à Caen cité dans le dernier album d'Orelsan
Le Magic Beau Gosse à Caen cité dans le dernier album d'Orelsan
© Radio France - Hajera Mohammad

Le kebab, les bars sur le port, les week-end dans les centres commerciaux, à la sortie de la ville, le Caen que décrit Orelsan parle quasiment à tous les jeunes de la ville. Alexis, 17 ans, est un grand fan. "Dans tout ce qu'il écrit, dans tout ce qu'il dit, je me reconnais, j'ai l'impression que c'est moi".

Alexis et Laura, deux lycéens de Caen fans d'Orelsan
Alexis et Laura, deux lycéens de Caen fans d'Orelsan
© Radio France - Hajera Mohammad

Comme tout bon fan, Alexis a acheté sa place pour le premier concert de la tournée d'Orelsan. Prévu mi-janvier au Zénith de Caen, il a été reporté à fin avril à cause du Covid. Aucun spectateur n'a demandé le remboursement et les 6 000 billets mis en vente, deux mois avant la sortie de l'album, ont été vendus en deux heures. "Ça n'arrive jamais ou alors très rarement, c'est arrivé dans les très grands moments de Jean-Jacques Goldman, c'était l'artiste qui pouvait remplir les salles en claquant des doigts", assure Sylvie Duchesne, la directrice du Zénith. "La dernière fois qu'on a rempli aussi vite la salle, c'était pour la dernière élection de Miss France".

Mais avant de remplir les Zénith et les Bercy, il y a eu le Cargö, la salle où Orelsan a fait ses débuts, où il a donné ses premiers concerts à Caen. 

Le Cargö, la salle où Orelsan a donné ses premiers concerts à Caen
Le Cargö, la salle où Orelsan a donné ses premiers concerts à Caen
© Radio France - Hajera Mohammad

Aujourd'hui, plus de 200 artistes y répètent et s'y produisent, d'autres sont en résidence comme Elaka, jeune rappeur du collectif Soul Prolific. Le jeune homme espère que le succès d'Orelsan permettra de mettre la lumière sur la scène locale caennaise. "Il faut qu'on passe à une autre étape, il y a plein d'artistes, des rappeurs, des beatmakers, des chanteuses, il y a du beau monde ici et ça peut aider à développer la scène", explique le jeune rappeur. 

Elaka, rappeur et membre du collectif Soulprolific à Caen
Elaka, rappeur et membre du collectif Soulprolific à Caen
© Radio France - Hajera Mohammad

Le maire LR de Caen n'est pas un spécialiste de rap, il l'avoue, et même si Orelsan n'est pas toujours tendre avec sa ville, Joël Bruneau veut profiter de ce coup de pub qui pourrait permettre d'attirer de nouveaux habitants plus jeunes. "Une personnalité comme Orelsan c'est un formidable aiguillon et un amplificateur de tout ce qu'on peut mettre en œuvre, pour attirer de nouveaux habitants", notamment "les jeunes actifs". "C'est notre cible pour répondre aux besoins des entreprises dynamiques qui cherchent de nouveaux collaborateurs", "c'est de ce point de vue, notre meilleur ambassadeur".

Le maire LR de Caen Joël Bruneau
Le maire LR de Caen Joël Bruneau
© Radio France - Hajera Mohammad

Alors, Orelsan est-il devenu plus connu que Guillaume le Conquérant, la figure historique de Caen ? Romain Desclos, le guide-conférencier, préfère rester prudent : "Pour l'instant, on va les mettre au même niveau, puis l'avenir nous dira si Orelsan prend le dessus". 

Références

L'équipe

Hajera Mohammad
Journaliste