Autour de Vézelay et de sa basilique, plusieurs circuits permettent de développer un tourisme à vélo ©Radio France - Faustine Calmel
Autour de Vézelay et de sa basilique, plusieurs circuits permettent de développer un tourisme à vélo ©Radio France - Faustine Calmel
Autour de Vézelay et de sa basilique, plusieurs circuits permettent de développer un tourisme à vélo ©Radio France - Faustine Calmel
Publicité
Résumé

Toute la semaine, France Inter propose un récit de la révolution du vélo. Poussée par le Covid, la montée en puissance de la bicyclette est inexorable. Les reporters de France Inter montent sur selle pour penser cette révolution. Episode 4 : changement de braquet dans le cyclotourisme.

En savoir plus

Nous sommes presque en haut de la colline éternelle, quasiment à l'ombre de la basilique de Vézelay. Point de départ des pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle. Et depuis un peu plus d'un an des clients cyclistes de Thierry Garreau. Cet ancien géomètre a ouvert dans la rue principale une boutique de location de vélos, 24 vélos en tout et une majorité électrique : "l'idée c'est de pouvoir faire découvrir un peu plus que Vézelay. Ici on pense immédiatement à la basilique, les gens viennent la visiter et repartent et c'est dommage car il y a plein de choses autour", soutient le quinquagénaire, amoureux de la région.

Créer un réseau vélo

Ce jour-là, pour faire justement découvrir le coin à des touristes cyclistes, Thierry Garreau livre deux de ses bicyclettes dans une chambre d'hôtes près de Clamecy, à 20 kilomètres de Vézelay. "En août 2020 nous avions quelques clients à vélo, mais ce n'était pas ce qui primait" explique Madeleine, qui tient la réception du domaine des Carriers, "mais cet été nous avons environ 60% de notre clientèle qui vient à vélo".

Publicité
Deux cyclistes quittent la basilique de Vézelay, à vélo électrique
Deux cyclistes quittent la basilique de Vézelay, à vélo électrique
© Radio France - Faustine Calmel

Le potentiel de développement est encore énorme estime Thierry Garreau qui vient d'être contacté par un tour opérateur asiatique pour des circuits clés en main. Il tente donc de créer une sorte de réseau de commerçants accueillants avec les cyclistes. Comme chez Freddy Arlet, restaurateur à Bazoches : "nous avons installé deux bornes électriques sur la terrasse et d'autres dans la grange. Les batteries sont à disposition derrière mon bar. Cela permet aux vacanciers de recharger leurs vélos électriques pendant qu'ils prennent un café ou déjeunent chez nous. Financièrement ça n'est pas forcément intéressant, mais cela permet de se rendre service" explique l'ancien policier parisien. Et cela crée un environnement favorable au vélo.

Un Label Accueil Vélo

Charline et Valentin, jeunes trentenaires responsables du camping de Vézelay aimeraient aussi mieux accueillir les cyclotouristes. Aujourd'hui ils font avec les moyens du bord, ouvrent leur propre garage pour les groupes ou aident à réparer avec leur matériel en cas de crevaison. "Il faudrait aller plus loin", soutient Valentin qui veut convaincre la municipalité de postuler au Label Accueil Vélo, "on a maintenant un trajet vélo pour Saint-Jacques de Compostelle, c'est le moment d'anticiper et d'investir là-dedans".

"Élargir une voie d'un mètre ou faire d'une voie à double sens une voie à simple sens avec des gens qui ralentissent en laissant une place aux vélos, je ne pense pas que cela soit si compliqué" défend aussi Thierry Garreau, le loueur de vélo, qui sent le début d'une volonté politique à confirmer. Dans le secteur de nombreuses petites communes ont pour premier souci l'entretien de la voirie et la sécurité routière. Ce qui n'est pas toujours compatible avec le développement de l'activité cycliste.

Références