En milieu rural, 80% des déplacements s'effectuent en voiture. - Arthur Nicholas Orchard / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
En milieu rural, 80% des déplacements s'effectuent en voiture. - Arthur Nicholas Orchard / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
En milieu rural, 80% des déplacements s'effectuent en voiture. - Arthur Nicholas Orchard / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Publicité
Résumé

Toute la semaine, France Inter propose un récit de la révolution du vélo. Poussée par le Covid, la montée en puissante de la bicyclette est inexorable. Les reporters de France Inter montent sur selle pour penser cette révolution. Episode 2 : ma vie de vélotaffeur à la campagne.

En savoir plus

Pour arriver chez Maxime et Maud, il faut gravir une côte qui à simplement la regarder pourrait donner mal aux mollets. Et pourtant, les deux jeunes gens qui vivent à six kilomètres de Figeac, dans le Lot ont décidé de faire du vélo leur transport du quotidien.  "Il faut penser à tout : les lumières si l'on rentre un peu tard ce soir", détaille Maxime en préparant ses sacoches, le petit déjeuner tout juste terminé, "les affaires du boulot, le repas pour le midi, c'est vraiment le moment d'anticipation, le matin".

Mais pour pouvoir être cyclistes au quotidien, tout en habitant hors agglomération, Maxime et Maud ont d'abord réfléchi à où s'installer explique la jeune femme : "On s'est vite rendu compte que les routes qui desservaient Figeac étaient à notre goût assez hostiles. On en a trouvé une qui était notre zone de recherche de maison". Et c'est ainsi que le couple a choisi ce hameau, duquel un chemin peu fréquenté permet de rejoindre la ville.

Publicité

Un acte militant

Mais toutes les routes des environs ne sont pas si agréables, loin s'en faut. Les aménagements ont d'abord été pensés par et pour des automobilistes. En milieu rural, 80% des déplacements s'effectuent en voiture. Alors certains de ces cyclistes du quotidien se sont regroupés dans une association, la Roue Fédère, qui milite pour le développement d'une pratique sécurisée du vélo, dans les environs de la commune lotoise. Parmi eux, Boris, qui se présente comme un "cycliste du quotidien convaincu" : "Là nous avons emprunté une route et en deux minutes nous sommes sur un chemin agréable et calme. Le frein c'est qu'une fois qu'on est sur le Causse, on n'a pas le choix, on est obligé de rejoindre la grosse route départementale".

L'association lotoise La Roue Fédère mène des actions pour promouvoir le vélo en zone rurale
L'association lotoise La Roue Fédère mène des actions pour promouvoir le vélo en zone rurale
- Irène Brunet

Et c'est en le suivant que l'on se retrouve effectivement en bordure d'une voie où les camions ne cessent de se croiser et on se sent tout petit sur son vélo. "C'est une des raisons qui dissuadent de faire ce trajet et qui rend la pratique du vélo peu envisageable ou inenvisageable", poursuit Maud, qui il y a quelques années, lors d'un périple à bicyclette, s'est fait renverser par un poids-lourd.

Un manque d'aménagements cyclables

Pour les membres de la Roue Fédère et ceux qui veulent ici se passer de voiture, il faut sécuriser la pratique du vélo : "Il y a des trajets que j'emprunte en serrant les fesses", sourit Boris, "mais j'interdis à mes enfants d'y passer. Les aménagements cyclables c'est aussi une question d'égalité d'accès à l'espace public". Une question aussi de sécurité. On meurt plus à vélo à la campagne qu'en ville. 130 cyclistes sont décédés l'an dernier hors agglomération. Et leur nombre augmente c'est un tiers de plus qu'en 2019.

Du côté des pouvoirs publics, le maire de Figeac assure prendre au sérieux ces nouveaux usages mais pas forcément avoir les moyens d'offrir des pistes cyclables partout. "La pression de cette demande des cyclistes augmente très nettement depuis quatre ou cinq ans surtout avec l'arrivée de nouvelles générations", assure André Mellinger, "il y a 10% d'habitants qui changent chaque année et ils viennent souvent chercher le calme, la pureté de l'air. Quoi de mieux que le vélo ? Il faut donner des signes d'encouragement, des box à vélo sécurisés, aménager des pistes" poursuit l'élu qui va faire rouler certains policiers municipaux à vélo. Pas suffisant disent les membres de la Roue Fédère qui ont organisé une grande vélo parade au mois de juin dernier et lui ont remis un long cahier de doléances.