La construction du Titanic ©Getty - Krista Few
La construction du Titanic ©Getty - Krista Few
La construction du Titanic ©Getty - Krista Few
Publicité
Résumé

André Dussollier prête sa voix à cet homme qui raconte, au fil des épisodes, ce qui sera son dernier voyage. Dans ce premier épisode : la création du bateau.

avec :

Christian Clères (auteur, scénariste,), André Dussollier (Comédien, acteur).

En savoir plus

Une série de dix épisodes proposés par Christian Clères , produite par Gérard Coudert  de l'Atelier du Grand Ouest, en coproduction avec France Bleu Cotentin.

Extraits de l'émission

Commandant Smith : "C'est une histoire qui commence en 1907, au moment où la Cunard Line met en service de nouveaux grands transatlantiques, le Lusitania et le Mauretania. Ce sont alors les plus grands et les plus rapides paquebots au monde capables de rejoindre New York en moins de cinq jours.

Publicité

À cette époque, la concurrence entre les compagnies maritimes est à son comble

Alors, pour contrer ces nouveaux sister ships, Bruce Ismay, le président de la White Star Line pour laquelle je navigue depuis 1880, conclut un accord avec les chantiers navals Harland and Wolf, où sont construits depuis quarante ans tous les navires de notre compagnie.

Et l'on décide la construction non pas d'un ni de deux, mais de trois paquebots l'Olympic et le Titanic d'abord, qui seront conçus simultanément. Ces navires n'auront aucun équivalent au monde. Ils seront luxueux, confortables et surtout immenses, larges de 80 mètres et long de 269 mètres, soit 30 mètres de plus que leurs concurrents.

Pharaonique, l'entreprise exige au préalable la construction de deux cales monumentales aux chantiers navals de Belfast.

Ce n'est donc qu'en décembre 1908 que commence l'assemblage de la quille de l'Olympic

Et quatre mois plus tard, celle du Titanic, tandis que la White Star négocie à New York l'agrandissement de son côté afin d'y amarrer ses futurs géants. Les milliers d'ouvriers des chantiers irlandais s'activent.

L'architecte naval Alexander Carlyle a conçu un navire haut de dix ponts, tout en bas de la coque où se situe le pont des machines et des chaudières que surmonte le poids H. Le projet, et ainsi de suite jusqu'au pont où sont aménagées les salles de repos de première classe. Au dessus du premier trouve enfin le dixième pont, celui des embarcations, où est établi à l'avant la passerelle.

Cet ultime niveau est coiffé à son tour par quatre immenses cheminées beiges et noires aux couleurs de la White Star. Les trois premières sont reliées à la salle des machines. La quatrième est factice. Elle n'est là que pour l'esthétique et assure simplement la ventilation de la salle des turbines.

Mais l'innovation suprême de ces deux monstres consiste en la conception exceptionnelle de leur coque, une double coque faite à l'intérieur de laquelle un homme pourrait tenir debout et qui est divisée en seize compartiments étanches. Une révolution aussi importante que, de l'avis de tous, l'Olympic et le Titanic sont bien des navires insubmersibles. L'Olympic est lancé en octobre 1910. Quelques mois plus tard, le 31 mai 1911, le Titanic est à son tour livré à la mer devant plus de 100 000 personnes.

La suite est à écouter...

Aller plus loin

Une production de l'Atelier de Création du Grand Ouest
Un récit de Christian Clères
Prise de son : Bernard Lagnel
Mixage : Paul Jamet
Réalisation : Christian Clères
Production : Gérard Coudert
Avec le concours de la Délégation Normandie de France Bleu et de France Bleu Cotentin.
Remerciements à « La cité de la mer" à Cherbourg.