Christophe Colomb (1451-1506), détail de Allégorie sur Charles V de Habsbourg (1500-1558) en tant que souverain du monde, peinture de Peter Johann Nepomuk Geiger (1805-1880), Italie  ©Getty - De Agostini / A. Dagli Orti - Getty
Christophe Colomb (1451-1506), détail de Allégorie sur Charles V de Habsbourg (1500-1558) en tant que souverain du monde, peinture de Peter Johann Nepomuk Geiger (1805-1880), Italie ©Getty - De Agostini / A. Dagli Orti - Getty
Christophe Colomb (1451-1506), détail de Allégorie sur Charles V de Habsbourg (1500-1558) en tant que souverain du monde, peinture de Peter Johann Nepomuk Geiger (1805-1880), Italie ©Getty - De Agostini / A. Dagli Orti - Getty
Publicité
Résumé

Italien ou espagnol, Christophe Colomb ? Ou peut-être même Portugais ?... 515 ans après sa mort, des études ADN sur ses restes devraient apporter une réponse définitive... ou presque.

En savoir plus

La question du jour est : Christophe Colomb était-il bien italien ? Et pour y répondre, il a fallu ouvrir le tombeau du plus célèbre explorateur du monde dans la cathédrale de Séville, c’était en 2003, et… attendre. Attendre parce qu’à l’époque faire des recherches ADN signifiait quasiment détruire tous les os retrouvés.

Dix-huit ans plus tard, quelques grammes suffisent. Donc une conférence de presse a été convoquée hier, la veille du 515e anniversaire de la mort de l’ "amiral des mers océanes" (c’était son titre), le 20 mai 1506. Dans quelques mois, on saura donc la vérité !

Publicité

Mais ce qui est étonnant dans cette affaire, c’est qu’on se pose la question : on a une lettre de Christophe Colomb disant lui-même qu’il est né à Gênes. Sauf qu’il n’a jamais écrit un mot en Italien !

Corsaire, juif converti voire fils caché d'un prince

Il écrivait en espagnol, et le plus étonnant c’est qu’il utilisait des tournures de phrases typiques du valencien, c’est-à-dire du catalan, ou du portugais. Donc, depuis 500 ans les historiens phosphorent :

  • Il y a ceux qui pensent qu’il serait né à Valence de Juifs convertis, raison pour laquelle il a dissimulé ses origines. 
  • D’autres qui expliquent qu’il serait le fils caché d’un prince et d’une cabaretière. 
  • D’autres encore le voient naître en Galice et en font un corsaire.

D’ailleurs, est-il vraiment inhumé à Séville ? Il a été inhumé en République dominicaine en 1542 puis rapatrié à Séville en 1898. Il y a même deux cercueils !

Un homme, deux cercueils, trois histoires 

Dans la cathédrale de Santo Domingo en République dominicaine, en 1877, on a trouvé une boite contenant des os sur laquelle était inscrit "Cristobal Colón". Les restes du découvreur de l’Amérique auraient-ils été partagés ? Réponse le 12 octobre.

La date de ces révélations n’a évidemment pas été choisi au hasard : le 12 octobre, c’est le jour de la découverte de l’Amérique – 12 octobre 1492 – c’est aussi la date de l’Hispanité pour les Espagnols et les latinos ou encore Colombus Day pour les Étasuniens.

Faut-il encore commémorer la découverte de l'Amérique ?

C’est tout le problème : les Espagnols, en mal d’identité, n’arrêtent pas en ce moment d’exhumer leurs gloires nationales : Cervantès qu’ils cherchent encore, Calderón de la Barca, Christophe Colomb.

Les Latinos américains, eux, refusent de plus en plus d’être associés à cette découverte de l’Amérique qui a signifié des millions de morts. Quant aux États-Unis, ils déboulonnent des statues de l’explorateur à tour de bras.

Il n’y a guère que les Italiens pour n’avoir ni doute, ni remords… Rien que pour cela, je propose de le leur rendre… Il sera plus tranquille à la cathédrale San Lorenzo, à Gênes et retrouvera son vrai nom : Cristoforo Colombo… e basta cosí ! 

Références

L'équipe

Anthony Bellanger
Anthony Bellanger
Anthony Bellanger
Anthony Bellanger