Faudra-t-il des masques sur la plage en Espagne ?
Faudra-t-il des masques sur la plage en Espagne ?
Faudra-t-il des masques sur la plage en Espagne ?  ©Getty -  Jonathan Perugia
Faudra-t-il des masques sur la plage en Espagne ? ©Getty - Jonathan Perugia
Faudra-t-il des masques sur la plage en Espagne ? ©Getty - Jonathan Perugia
Publicité
Résumé

Il fallait durcir les mesures sanitaires devant la recrudescence des infections : Madrid a choisi de choquer les régions touristiques en imposant le masque obligatoire partout. Même sur les plages.

En savoir plus

Il faudra porter désormais un masque sur la plage en Espagne, même lorsqu’on respecte 1m50 de distance et ce n’est pas un poisson d’avril ! d’autant que les Espagnols ont le leur de poisson d’avril mais pas le 1er avril : le 28 décembre, pour la fête des Innocents. Donc pour l’Espagne, ce sera masque obligatoire sur les plages et même à la piscine.

L’idée est de renforcer les mesures sanitaires lors même qu’au moins 4 régions espagnoles, dont Madrid, voient le fameux taux d’incidence remonter ces derniers jours à plus de 250 cas pour 100 000 habitants. Ce qui, soit dit en passant, nous paraîtrait ici presque miraculeux, rappelons que ce taux est deux fois plus élevé, rien qu’à Paris !

Publicité

Des réactions négatives partout où l'on prépare l'été

Surtout dans les régions qui vivent du tourisme, comme la Catalogne, la Région de Valence, les Baléares ou les Canaries ! Elles perçoivent cela comme une mesure bureaucratique typiquement madrilène. Les Baléares, par exemple, refusent de l’appliquer.

Aussitôt Madrid a promis de les réunir toutes les régions pour « adapter » la loi aux spécificités locales. Ça ressemble à un enterrement de 1ère classe !

Mais surtout, cette histoire montre le dilemme de l’État : d’un côté, il faut surveiller la pandémie et son évolution mais de l’autre, ne pas trop pénaliser un secteur, le tourisme, qui pèse deux fois plus lourd en Espagne qu’en France.

A Madrid, les bars et les restaurants restent ouverts…

Mais dans le même temps, personne ne peut sortir de sa région. Autrement dit, lorsque vous êtes Français ou Allemands, vous pouvez aller aux Baléares mais pas lorsque vous êtes Barcelonais.

Les Madrilènes ont même fini par se focaliser sur les jeunes Français débarqués dans la capitale espagnole pour boire et faire la fête. Une politique a même parlé de « hordes de Français ».

Il faut aussi remettre ce genre d’excès dans le contexte local : le 5 mai, il y a des élections régionales particulièrement disputées à Madrid. Les soiffards venus de France ont tout simplement été instrumentalisés par le débat politique local.

Un modèle touristique obsolète

Surtout celle du modèle économique de l’industrie touristique espagnole. Depuis les années 60 du siècle dernier, l’Espagne vend le même produit : soleil, plage et fête. Le tout, pour le plus grand nombre : un tourisme bas de gamme en somme.

Pour que cela marche, il faut bétonner les côtes, multiplier les liaisons aériennes à bas-coûts et importer des dizaines de millions de touristes. Or, la pandémie de Covid19 et aussi un début de prise de conscience écologique ont montré les limites de ce modèle.

Sauf que des millions d’emplois, mal répartis sur les côtes du pays, dépendent de cette équation touristique qui commence à dater. Mais je peux déjà vous dire que personne ne vous obligera à porter un masque sur une plage de la Costa Brava l’été prochain.