Quelle image l'empereur a-t-il laissé en Europe ? Ici statue aux Invalides ©Getty - Christian Böhmer/picture alliance
Quelle image l'empereur a-t-il laissé en Europe ? Ici statue aux Invalides ©Getty - Christian Böhmer/picture alliance
Quelle image l'empereur a-t-il laissé en Europe ? Ici statue aux Invalides ©Getty - Christian Böhmer/picture alliance
Publicité
Résumé

Au jour anniversaire de la disparition de Napoléon Bonaparte, tour d'Europe du souvenir qu'a laissé sur le continent l'Empereur des Français et dernier empereur européen.

En savoir plus

On commémore  les 200 ans de la disparition de Napoléon Bonaparte ce mercredi lequel a laissé des souvenirs assez marqués, un peu partout en Europe... Et pas que des bons, loin s'en faut !

Mais de manière surprenante, ce n'est pas en Angleterre, ennemi par excellence de Bonaparte, que le ressentiment est le plus fort

24 min

Ni même en Russie où les campagnes napoléoniennes se  sont soldées par des centaines de milliers de morts. Mais en Espagne surtout.  Le célébrissime tableau de  Francisco Goya intitulé Tres de Mayo figurant la fusillade des civils insurgés à Madrid après l'invasion française en 1808 :  c'est  cette image qui résume presque à elle seule, dans la mémoire espagnole, l'épopée napoléonienne.

Publicité
Tres de Mayo par Goya
Tres de Mayo par Goya
© AFP - Photo Josse / Leemage

En Angleterre, où Napoléon n'a  jamais posé le pied en conquérant, seulement en vaincu, l'Ogre sous les  traits duquel il était volontiers portraituré au début du XIX a laissé  la place à un personnage qu'on moque, notamment pour sa  petite taille supposée. C'est un personnage de caricature, qu'on  retrouve jusque dans les publicités télévisées. Non sans humour.

Ailleurs en Europe , en Allemagne ou en Russie ou Napoléon a mené bataille le souvenir est plus  ambivalent

En Russie bien sûr on s'enorgueillit de  la victoire de 1812 sur les troupes Napoléoniennes devant Moscou. Que la ville ait été incendiée par son propre gouverneur - Russe - ça, on  oublie souvent de le mentionner, tout comme le général hiver qui est le vrai vainqueur des troupes napoléoniennes en Russie. 

Mais on reconnait  aussi bien et on admire le génie tactique du général Bonaparte, comme  d'ailleurs son... impérialisme ! Il y a quelques semaines plus d'une centaine de victimes françaises de la retraite de Russie, dont les corps avaient été récemment  etrouvés, ont d'ailleurs été inhumées en grande pompe à Vyazma 200km à l'ouest de Moscou.

En Allemagne même sorte d'ambivalence : on se rappelle des révoltes populaires contre les taxes et le blocus commercial imposées aux bourgeoisies allemandes par Napoléon... Mais on considère également que son action est au fondement de l'unité  politique de la nation allemande...

Et puis il y a des "fans" absolu de Napoléon, y compris dans les pays conquis par la Grande Armée

En  Italie par exemple, l'un des littérateurs les plus importants du XIXeme  Allesandro Manzoni compose une ode à l'occasion de la mort de  l'empereur en 1821, (qui sera interdite par les Autrichiens) pour lui , Napoléon n'est ni plus ni moins que celui qui a lancé en Italie les prodromes de l'unité nationale de la péninsule.

3 min

De  même si vous vous promenez à Ljubljana, la capitale slovène vous  tomberez immanquablement sur la "place de la révolution française" ou  trône un obélisque avec un buste de Napoléon. Monument à la mémoire  de l'empereur qui avait créé là les Provinces illyriennes, capitale : Laïbach en Allemand devenue immédiatement Ljubljana en Slovène ; les lois françaises  ayant en effet imposé l'emploi et l'enseignement de la langue Slovène dans la Province. Une Première !

Mais c'est en Pologne que l'engouement  napoléonien est sans doute le plus évident. Le "duché de Varsovie", créé  par l'empereur en 1807, c'est tout simplement  la renaissance de la Pologne, laquelle  avait été dévorée par la Prusse, la Russie et l'Autriche-Hongrie une  dizaine d'années plus tôt. Les contingents polonais dans la Grande Armée de l'empereur sont légion. 

Le maréchal Josef Poniatowski l'un des seuls maréchaux d'empire "étranger" de la Grande Armée est polonais ; il  tombera à la bataille de Leipzig. Quant à l'hymne national polonais,  aujourd'hui encore il comporte ces lignes : «  Bonaparte nous donna l’exemple / Comment nous devons remporter des  victoires».

Références

L'équipe

Anthony Bellanger
Anthony Bellanger