Pas de baby-boom pour l'instant, mais après la crise ?  ©Getty -  Ariel Skelley
Pas de baby-boom pour l'instant, mais après la crise ? ©Getty - Ariel Skelley
Pas de baby-boom pour l'instant, mais après la crise ? ©Getty - Ariel Skelley
Publicité
Résumé

Les différents confinements ordonnés de par le monde étaient susceptibles d'entrainer une hausse des naissance ; c'est plutôt le contraire qui s'est produit. Mais la fin de l'épidémie pourrait bien engendrer, elle, un baby-boom.

En savoir plus

Les chiffres sont tombés hier aux Etats-Unis : la natalité est en chute libre ! Pour 2020 , le nombre de naissances enregistrées a chuté de 4%, la plus forte  baisse depuis 1979...  et c'est comme ça pratiquement partout dans le  monde : les confinements, dont on pensaient qu'ils pourraient favoriser  le rapprochement des couples - avec pas grand chose d'autre à faire en  dehors de regarder des séries sur Netflix, n'ont visiblement pas du tout  contribué à la chose...

Alors bien sûr il y a des exceptions, de véritables "clusters" de naissances.  

Et certains ont visiblement  mis les bouchées doubles, triple, voire nonuples ! Vous avez évidemment  entendu parler d'Halima Cissé, cette jeune malienne de 25 ans qui a donné naissance hier à 9 enfants, des nonuplés. Mais il ne faudrait  pas oublier Pretty Mike, cette vedette des réseaux sociaux Nigérian qui  s'est pointé à la noce d'un copain avec ses six petites amies, toutes  enceintes de ses œuvres au même moment. Les images de Pretty Mike et de son sextet de futures mamans sont aujourd'hui virales.

Publicité

Dans le genre cluster de  naissances Il y a aussi l'avenue Clouds Hill à Bristol en Angleterre :  là, six voisines dans la même rue,  habitant toutes du même côté de la rue, sont toutes tombées enceintes  quasiment au même moment  : pendant le premier confinement l'année  dernière et viennent d'accoucher ou sont sur le point de le faire. Visiblement Pretty Mike n'y est pour rien,  sur ce coup là.

Mais ces "clusters" de naissance sont des exceptions qui confirment  la règle 

Les confinements ont bien  davantage plombé la natalité qu'ils ne l'ont encouragée. Aux Etats-Unis où cette chute de la natalité en 2020 est 4 fois plus importante que d'ordinaire : le  pays a une natalité en baisse régulière, mais celle-ci tourne autour des 0,5% et 1%  de naissance en moins chaque année. Avec 4% c'est évidemment bien davantage !

Même chose en Europe : on a les mêmes ordres de grandeurs. Une chute de la natalité de 3,5% en Grande  Bretagne, de 3% en France.  Une étude récente, sur des couples qui  projetaient d'avoir des enfants en janvier 2020 dans les principaux pays  européens montre que 70 à 80% d'entre eux - selon les pays - ont soit  renoncé soit au moins décidé de remettre à plus tard leurs projets  d'enfantement.

Aussi bien il s'agit là finalement d'un comportement ultra classique

Le confinement, certes, rapproche physiquement les personnes vivant sous le même toit, mais la raison de ce confinement, à savoir une crise, sanitaire en l'occurrence, les incite à la prudence : on ne  sait pas de quoi demain sera fait et cela ne pousse pas vraiment aux  projets d'avenir, particulièrement quand il s'agit de donner la vie. A vrai dire, le baby-boom de l'après-guerre en Europe a bel et bien suivi la guerre, il ne s'est pas  produit pendant la guerre.

Résultat de quoi, le baby-boom tant attendu se profile tout de même peut-être à l'horizon 

C'est plutôt la fin des confinements, le retour des échanges sociaux - débridés - qui pourraient  encourager la natalité.

En Grande -Bretagne où, campagne de  vaccination aidant, on dé-confine dans les grandes largeurs, un récent  sondage montre qu'un quart des 25-40 ans seraient bien plus désireux  d'avoir des enfants maintenant, comparé à la période précédent la  pandémie.

Les enquêteurs ont bien entendu extrapolé la donnée  statistique et calculé que si un quart des couples britanniques de la tranche d'âge 25-40 ans se  mettaient effectivement à avoir des enfants maintenant, ça laisserait espérer quelques 950 000 bébés supplémentaires par an. Soit davantage que les 900 000 par an que le pays avait connu juste  après-guerre. Ce qu'on avait appelé un baby-boom.

Références

L'équipe

Anthony Bellanger
Anthony Bellanger